Éliminatoires CDM 2022 : l'Espagne accrochée d'entrée, le retour de Zlatan... ce qu'il faut retenir de la soirée

Publié le , modifié le

Auteur·e : Célia Sommer
Zlatan
Zlatan Ibrahimovic et ses coéquipiers, lors du match Suède - Géorgie le 25 mars 2021. | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

L'Espagne qui démarre mal, la rentrée de Zlatan en équipe nationale ou encore le match complètement fou entre la Hongrie et la Pologne... Voici tout ce qu'il faut retenir de cette deuxième journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2022.

♦ Ça commence mal pour l'Espagne

Faux départ pour la Roja. Pour leur premier match, les joueurs de Luis Enrique ont été tenus en échec à domicile par la Grèce (1-1). Malgré une domination certaine dans le jeu (77% de possession) et une ouverture du score dès la 33e minute par Morata, les coéquipiers de Koke se sont laissés surprendre en deuxième période en commettant une faute dans la surface sur Masouras. Le penalty est transformé par Bakasetas à la 57e. Les Espagnols ne sont ensuite pas parvenus à briser la solide défense grecque et à repasser devant au score. Un match nul qui laisse un goût amer aux locaux, puisque les Grecs n'ont cadré qu'un seul tir durant toute la rencontre.

♦ Zlatan, pour la beauté du geste

Plus de 1700 jours sans porter le maillot Suédois. Pour sa 117e sélection, le géant suédois faisait son grand retour en équipe nationale ce jeudi 25 mars, face à la Géorgie de Willy Sagnol. Et il était très attendu. Passeur décisif sur le but de Claesson grâce à un très beau geste (34e), il n'a eu que très peu d'occasions franches à se mettre sous la dent et s'est montré plutôt discret. Un retour, donc, sans étincelles. Pour sa grande première, le sélectionneur français Willy Sagnol et ses joueurs n'ont, quant à eux, pas démérité et ont montré de très belles choses. Grâce à cette victoire, la Suède prend la tête du groupe B.

♦ Un match complètement fou en Hongrie

Sans aucune doute la rencontre qu'il ne fallait pas rater ! Au terme d'un match complètement dingue, la Hongrie et la Pologne se sont neutralisées. Le futur adversaire des Bleus à l'Euro s'est montré très coriace face aux coéquipiers de Robert Lewandowski. Contre toute attente, c'est la Hongrie qui a ouvert le score, dès la 6e minute, avant de renchérir en début de seconde période. Menés 2-0, les Polonais ont su relever la tête et ont inscrit dans le foulée deux buts en l'espace d'à peine une minute (61e et 62e). Mais les Hongrois n'ont pas tremblé et sont repassés devant à la 78e. La victoire semblait alors dans la poche des locaux... jusqu'à ce que Lewandowski décide à son tour de s'en mêler ! Pour rappel, lors de ses neuf derniers matches disputés en club et en sélection, le joueur du Bayern Munich a systématiquement marqué. Lewandowski, c'est aussi 45 buts en... 41 matches cette saison. Bref, un monstre.

♦ L'Allemagne, facile vainqueur

L'humiliation subie face à l'Espagne en novembre dernier (6-0) est déjà bien loin des esprits. Malgré l'absence de Toni Kroos, touché à la cuisse, les futurs adversaires de la France à l'Euro ont fait forte impression face à l'Islande, en s'imposant 3 à 0 et en faisant preuve d'une grande justesse technique. Le trio munichois a ouvert le score dès la 2e minute, avec Joshua Kimmich à la mène et une remise de Serge Gnabry pour Léon Goretzka. Cinq minutes plus tard, c'était au tour de Kai Havertz de doubler la marque, puis de Gündogan de tripler la mise (56e). Rayonnant, Kimmich s'est imposé en véritable chef d'orchestre. La Mannschaft a de beaux jours devant elle.

♦ Les Anglais font très bien le taff

Malgré l'absence de Marcus Rashford laissé au repos suite à une blessure, c'est une belle équipe d'Angleterre qui s'est imposée à domicile (5-0) contre Saint-Marin. Les Saint-Marinais, bien en-dessous du niveau et pour la plupart amateurs, n'ont rien pu faire pour les arrêter. Calvert-Lewin, en très grande forme, a inscrit un doublé (21e et 53e). Pour son grand retour, Jesse Lingard n'est toujours pas parvenu à retrouver le chemin des filets (aucun but à son compteur depuis le 18 novembre 2018), mais a été très actif et s'est procuré de grosses occasions. A noter également la première sélection, première apparition et premier but pour le joueur d'Aston Villa, Ollie Watkins. Difficile de faire mieux.

♦ L'Italie répond présente sans briller

Après un début de match difficile, Berardi est venu libérer ses coéquipier d'une frappe puissante sous la barre (14e). Vingt-quatre minutes plus tard, Immobile a doublé la mise grâce à un tir à ras de terre au premier poteau. Les Italiens ne sont pas parvenus à trouver le chemins des filets en deuxième période et ont beaucoup souffert. Mais le résultat (2-0) est là et les joueurs de Roberto Mancini débutent avec sérieux la campagne pour la Coupe du monde 2022.

Coupe du Monde de Football