Domenech raymond micros journalistes 042010
Raymond Domenech, satisfait da la prestation des Bleus. | AFP

Domenech: "Garder cette envie et cette forme d'insouciance"

Publié le , modifié le

Raymond Domenech s'est montré satisfait après le premier match de préparation des Bleus et une victoire (2-1) face à une appliquée équipe du Costa Rica. Le sélectionneur français remarque que ses joueurs ont "l'envie de faire quelque chose ensemble" et l'ancien entraîneur des Bleuets se montre élogieux quant à cet état d'esprit. William Gallas semble l'avoir convaincu. Pour Domenech, l'important est que ses hommes parviennent à se lâcher et le reste suivra.

Quel bilan tirez-vous?

 "C'est la conclusion du travail d'une semaine, de ce qu'on avait senti dans cette envie, cette volonté de bien faire. Ils ont confirmé cette envie de faire quelque chose ensemble. Ce n'était pas facile de préparer un match international comme cela (avec une lourde préparation physique à Tignes), mais  ils confirmé ce qu'ils avaient dit (qu'ils avaient envie, ndlr)."

Les joueurs étaient fatigués à la fin?

"Pas spécialement fatigués, ils sont dans l'envie. Quand ils ont cette foi et cette envie, ils ne sentent pas la fatigue, ils ont fait plaisir aux  spectateurs, ils sont satisfaits, heureux et sont moins fatigués."

Il y avait du mieux offensivement...

"Ca me le confirme par rapport aux qualités des joueurs: j'ai envie de dire lâchez-vous, tentez, créez. C'est un match de préparation, il y en aura  d'autres, j'ai envie de dire, il faut garder cette envie et cette forme d'insouciance et oui, de panache, j'aime bien ce mot."

Ils n'étaient pas fatigués comme en 2006 après Tignes...

"Les mystères de la préparation... On s'attendait à ce qu'ils soient émoussés, un peu cuits. Mais peut-être que la moyenne d'âge par rapport à 2006  fait la différence. En 2006, il y a avait plus d'anciens qui avaient besoin de plus de temps pour se préparer."

Et Gallas?      

"J'ai été rassuré, mais j'étais déjà rassuré à l'entraînement, on avait  fait une séance où il était contre Henry, ou contre Cissé, il avait tenu. Il  faut jouer les matches, il a besoin petit à petit de retrouver le rythme. Je suis sûr que son mollet tient. Il faut trouver le rythme".               

Valbuena semble avoir une étoile au dessus de la tête...      

"J'espère que Valbuena aura une étoile au-dessus de la tête jusqu'au 11 juillet (finale). Il a tenté, il est rentré sur ses qualités, il faut qu'il tente. Tous ceux qui sont rentrés l'ont fait sur les qualités qu'on attend d'eux. Il faut qu'ils se libèrent et se disent 'on est capable de faire ça'".  

La titularisation de Mandanda signifie-t-elle que la hiérarchie des gardiens peut changer?      

"Non, Hugo (Lloris) avait besoin de souffler. La hiérarchie est claire. Il faut mettre Mandanda en situation, on ne sait jamais."              

Et le brassard à Evra, ça veut dire qu'Henry n'est plus capitaine?       

"'Pat' me semble approprié, dans mesure où 'Titi' n'est pas sur le terrain au début. 'Pat' a été capitaine à Manchester. Je n'ai fait que copier. Il donne le ton. C'est un bon capitaine. Moi j'agis et vous vous en tirez les conséquences. Il a les qualités pour être un bon capitaine."

AFP