Domenech raymond micros journalistes 042010
Raymond Domenech | AFP

Domenech et Escalettes auditionnés par l'Assemblée

Publié le , modifié le

Raymond Domenech, le néo ex-entraîneur de l'équipe de France passera un grand oral mercredi matin devant l'assemblée. En même temps que Jean-Pierre Escalettes, l'ancien technicien français devra rendre compte devant les députés du fiasco d'Afrique du Sud. Des auditions qui font beaucoup réagir l'opposition. Et qui se tiendront à huis-clos.

Buffet : "Auditions spectacles"

Raymond Domenech devra s'expliquer mercredi devant les membres de la commission des Affaires culturelles de l'Assemblée nationale sur les raisons du fiasco de la France au Mondial-2010, deux jours après la démission annoncée du président de la FFF Jean-Pierre Escalettes, convoqué le même jour. Le technicien français, dont le mandat à la tête de Bleus a pris fin en Afrique du Sud et qui interviendra en même temps que M. Escalettes, devra sans doute être plus explicite face aux députés, lui qui est passé maître dans l'art d'user de formules elliptiques devant la presse. Au soir de l'élimination et de la défaite contre l'Afrique du Sud (2-1), Domenech s'était refusé à dresser un bilan de ses six années passées au poste de sélectionneur et surtout de la déroute historique de l'équipe de France durant la Coupe du monde 2010. "C'est impossible de résumer comme ça, à chaud. Tout ce que je dis, je le répète, c'est une grande tristesse, un désarroi pour le public, le foot français. On est passé à côté. On est même surpris, on est dans la déception, pas dans l'explication. Les bilans, je vais les faire avec les dirigeants, le staff, les joueurs", avait-il indiqué.

Une audition que Marie George Buffet a d'ores et déjà décidé de manquer. L'ancienne ministre des Sports a qualifié ces interventions publiques "d'auditions spectacles". "Je ne serai pas à cette audition, j'estime qu'il faut être un peu sérieux", a fait part la députée de Seine-Saint-Denis sur RMC. "Il y a eu les résultats de l'équipe de France, il y a une situation dramatique du sport dans notre pays (...) qui demande une réaction très forte du ministère pour obtenir des moyens publics et on nous amuse en nous disant qu'on va écouter M. Domenech et M. Escalettes", a lancé l'ex-numéro un du PCF. "Il faut d'abord que le ministère rencontre la Fédération, qu'ils fassent un premier bilan (...) et puis ensuite si on estime qu'il faut auditionner telle ou telle personnalité, on le fera", a-t-elle dit, ayant "l'impression qu'on est en train de faire des auditions spectacle".

Idem chez Bruno le Roux, porte-parole des députés PS, qui en plus d'affirmer son respect envers Jean-Pierre Escalettes a qualifié de pantalonnade l'éventualité d'une commission d'enquête sur les Bleu. "Je ne voudrais pas que le respect que nous devons à Jean-Pierre Escalettes se transforme en victoire du foot business", a-t-il ajouté. En revanche, M. Le Roux a déclaré que les députés PS ne participeraient pas à une éventuelle commission d'enquête parlementaire demandée par certains députés UMP. Une telle commission ressemblerait "à une véritable pantalonnade", selon M. Le Roux : "Si demain, Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé veulent remplacer Jean-Pierre Escalettes, libres à eux. Nous pensons que c'est grotesque et ridicule". "Après avoir dit notre indignation, il faut laisser les instances du football prendre les décisions qui s'imposent en matière de réorganisation. C'est d'ailleurs ce que nous ont dit les responsables de la FIFA: la politique du foot ne pouvait pas se décider à l'Elysée ou au Parlement", selon le porte-parole du groupe PS.

Voir la video

Voir la video