Equipe de France Domenech conf de presse d'en bas 112009
Raymond Domenech en conférence de presse | AFP - FRANCK FIFE

Domenech: "Avec Anelka, ce n'est pas un affrontement"

Publié le , modifié le

Raymond Domenech a affirmé dimanche que les insultes qu'a proférées Nicolas Anelka contre lui jeudi n'entraient pas dans le cadre d'un "affrontement", mais qu'il s'agissait d'un problème normal de la vie de son groupe "sous pression". Par ailleurs, Le sélectionneur de l'équipe de France a estimé dimanche sur TF1 que la qualification pour les huitièmes de finale du Mondial était encore "possible".

"Ce n'était pas un affrontement", a dit Domenech sur le plateau de l'émission hebdomadaire Téléfoot sur la chaîne de télévision française TF1. "Les gens n'imaginent pas la pression, a-t-il expliqué. On est dans un vestiaire, le sélectionneur dit quelque chose à un joueur qui est déjà sous pression, il peut avoir un moment d'énervement, il a des mots". Jeudi, à la mi-temps du match France-Mexique (0-2), Anelka a insulté Domenech qui lui faisait des remarques sur son positionnement tactique. L'incident a été révélé samedi par le quotidien français L'Equipe. Le sélectionneur a admis que l'attaquant de Chelsea "n'a pas réagi de la façon la plus adaptée, mais c'est le mec qui marmonne dans son coin, ça n'a pas d'importance. Ca a pris de l'importance parce que c'est à la Une d'un journal, c'est de la vie interne du groupe". "Le problème, je l'avais réglé en interne, c'était fini, a-t-il poursuivi. J'aurais eu une discussion avec lui après. Le lendemain (vendredi), je lui ai laissé la possiblité de venir s'excuser, ce qu'il n'a pas voulu faire." Pour autant, Raymond Domenech estime que la décision de la Fédération française d'exclure Anelka du groupe "est la bonne décision". "J'ai mal pour tous ces enfants pour qui l'équipe de France représente quelque chose, il (Anelka) n'a pas le droit de dire des choses pareilles".

Raymond Domenech a tout aussi vivement démenti les rumeurs sur une bagarre supposée entre Franck Ribéry et Yoann Gourcuff. "Je ne suis pas au courant, c'est quoi cette affaire?", a-t-il interrogé. "Je vis avec le groupe, je sais ce qu'il s'y passe, c'est encore une affabulation. Je n'arrive pas à saisir l'objectif de cette info qui n'a absolument aucune vérité". D'où incompréhension face à ce que sont en train de vivre les Bleus. "On est fatigués de tout, des bruits. Si on avait gagné le match, est-ce que vous auriez vidé les poubelles comme ça?", a-t-il dit en se tournant vers Vincent Duluc, jounaliste à l'Equipe. "Laissez-nous ces deux, trois jours et après vous ferez ce que vous voulez, vous pourrez vider toutes les poubelles. Nous, on veut sortir de ça, il y a un match mardi et on a envie de le gagner. Toute la France souffre en ce moment."

Domenech: "C'est encore possible"

"On s'accroche à cette idée qu'il faut d'abord gagner le match", contre l'Afrique du Sud mardi, a ajouté Domenech. "Marquer des buts et espérer de l'autre côté. Mais le premier truc c'est de se dire, "il y a encore une possibilité". Tout sportif doit vivre avec ça, mais si on abandonnait maintenant ce serait dramatique. L'idée de base c'est de s'accrocher à cette idée: c'est encore possible". "Le travail, le mien et celui du staff c'est de redonner cette énergie à l'équipe, de remobiliser tout le monde. A un moment on pensait tous que oui, on était complètement éliminés", a reconnu le sélectionneur. "On doit marquer des buts, ne pas se préoccuper de ce qui se passe de l'autre côté, a poursuivi Domenech. Pour dépendre des autres on n'a que ce qu'on mérite. A nous maintenant de montrer qu'on est capables de faire un match de Coupe du monde. J'en ai discuté avec quelques uns. Ils ont envie de gagner le match, de bien finir."

Pour Domenech, il y a "une possibilité et on doit la jouer la fond: à  l'Euro, on était un peu dans la même situation et on pensait que les autres  allaient faire match nul et ça n'a pas été le cas: les Pays-Bas ont joué le jeu  et ont gagné". Mais à l'Euro-2008, la France avait perdu son dernier match 2 à 0 contre l'Italie et avait été éliminée au premier tour.Rappelons que pour accéder aux huitièmes de finale, la France doit battre l'Afrique du Sud mardi à Bloemfontein. Ce succès devra être couplé à un succès de l'Uruguay ou du Mexique, qui s'affronteront à Rustenburg, à condition que la différence de buts soit favorable. La France a actuellement une différence de -2, contre +3 à l'Uruguay et +2 au Mexique.

AFP