Didier Deschamps France Colombie 2018
Didier Deschamps | AFP

Didier Deschamps : une "panne de courant" en deuxième mi-temps

Publié le

"En deuxième mi-temps, panne de courant": Didier Deschamps a regretté "peut-être la suffisance" et les manques de son équipe de France dans les "intentions" en seconde période face à la Colombie (2-3), vendredi en match amical.

Pourquoi les Bleus ont-il oublié de jouer en 2e période ?

Didier Deschamps : "On a fait une première mi-temps, surtout une première demi-heure, de très grande qualité, avec beaucoup de tout, de mouvement, d'agressivité, de justesse, d'efficacité. On prend ce but sur une demi-occasion. Même si le dernier quart d'heure était un peu moins étincelant, on était là. En deuxième mi-temps, panne de courant, comme on dit... Les ingrédients n'étaient pas là. L'équipe colombienne avait cette fibre accrocheuse, ne lâchait rien. Indépendamment des erreurs, dans les intentions on n'était pas là, là-dessus ils nous ont donné une leçon. Il y a beaucoup de qualité dans ce groupe mais ça ne suffit pas, les exigences du haut niveau demandent beaucoup plus".

Que faire pour cela ?

"Sans évidemment nier la qualité qu'il a, c'est un groupe jeune qui doit passer par des moments difficiles. Quand ça se tend un peu, il y a un peu plus de fébrilité. En accumulant de l'expérience, on gommera ça. S'il y a eu des erreurs offensives, c'est parce qu'on a eu moins de disponibilité offensive: on a eu la même possession en première et en deuxième mi-temps, mais pas avec la même utilisation du ballon. C'est ce qu'on a déjà fait, alterner le bon et le moins bon, et cette deuxième mi-temps, c'était vraiment beaucoup moins bon".

Qu'est-ce qui vous a surpris dans cette équipe de Colombie?

"Je n'ai pas été surpris. C'est une équipe agressive, qui ne lâche rien, et qui a de très bons joueurs. Elle fait partie des très bonnes nations. On les a mis à mal, à 2-0 ça semblait facile, mais ce n'est jamais facile. Avec ce caractère, cette fibre, ils ont créé plus de danger, ils ont quatre ou cinq situations franches en deuxième mi-temps".

Y a-t-il un manque de caractère dans votre équipe?

"On a peut-être fait preuve de suffisance, le haut niveau ne pardonne pas. Eux ont mis plus, nous un peu moins, et tout de suite on voit la différence. Le caractère, on en a, on l'a prouvé dans d'autres situations, là ce n'était pas le cas. Qu'on fasse des erreurs, moins on en fera mieux c'est... mais ce qui me gêne le plus, c'est que les intentions n'étaient pas là, et ça, ça doit nous servir de leçon".

Est-ce que ce revers change votre approche du match de mardi contre la Russie?

"C'est l'occasion de donner du temps de jeu à un maximum de joueurs. On va voir comment les joueurs qui ont joué vont récupérer, mais ce ne sera pas la même équipe, c'est une certitude. Ce n'est pas conditionné par ce qu'on a fait sur ce match ou en deuxième mi-temps. L'objectif est de voir un maximum de joueurs en action sur les deux matches".
 

AFP