Didier Deschamps
Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France | FRANCK FIFE / AFP

Deschamps: "S'appuyer sur ce nul, ne pas s'endormir dessus"

Publié le , modifié le

"Il faut s'appuyer sur ce résultat et ne pas s'endormir dessus", a déclaré mardi le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps juste après son nul en Espagne (1-1) au bout d'un "scénario favorable" en éliminatoires du Mondial 2014. "Il faut toujours être lucide. La meilleure équipe du monde est toujours en face de nous. Moi, je suis content pour les joueurs", a également confié l'ancien coach de l'OM.

Cela aurait-il été injuste de perdre ici?
Didier Deschamps: "Oui, je le pense aussi, même si on a souffert en 1re période. On prend un but sur coup de pied arrêté, ce qui n'est pas leur qualité première. Ils nous ont obligé à défendre, on l'a plutôt bien fait mais on n'arrivait pas à passer de la phase défensive à la phase offensive. Il y a des faits de jeu importants, notre but (NDLR: suite à un coup franc en fin de première période) est valable. Juste derrière on prend ce penalty et heureusement que Lloris nous le sort. En 2e période, on a eu plus de présence, de situations, d'occasions. C'est super de pouvoir prendre un point comme ça en fin de match".

L'entrée de Valbuena et le changement tactique sont-ils un tournant?
DD: "Que ce soit Valbuena, Sissoko ou Giroud, ils sont très bien entrés. On va dire: +pourquoi ne pas avoir fait ça dès le départ?+ Je savais que dans la 1re partie du match, on allait être obligé de défendre. Ceux qui ont commencé ont fait le travail et ceux qui sont entrés ont apporté beaucoup dans le jeu. Mathieu était important pour avoir une animation offensive plus dangereuse et garder le ballon".

Que s'est-il dit à la pause qui aboutisse à ce changement d'attitude?
DD: "Certaines choses. Il y avait un peu d'énervement car les joueurs ont su que notre but annulé était valable. Il y a eu des situations, des décisions peut-être discutable mais il fallait garder son calme. Le plus important c'était de continuer à bien travailler collectivement. On était trop timide pour basculer vers l'avant. Il fallait un peu plus de disponibilité. En 2e période, on a obligé l'Espagne à défendre. Et au bout, le scénario nous est favorable".

Quel scénario imaginez-vous pour la fin de la poule?
DD: "On a d'autres points à prendre contre d'autres équipes. Si tout se passe bien pour l'Espagne et pour nous, les confrontations directes feront la différence. Avant le retour toutefois, on devra jouer la Georgie et ces trois points seront très importants".

Pensez-vous qu'il y avait même la place pour gagner?
DD: "Dans l'absolu oui, car on a marqué un autre but valable donc ça en fait deux. On aurait pu égaliser avant car on a eu des situations de frappe mais on a cherché la passe. En étant gourmand, on peut dire qu'on pouvait peut-être gagner aujourd'hui. Mais à une minute trente de la fin, on était en train de perdre".

Ce type de match, peut-il décomplexer certains jeunes Bleus?
DD: "Il faut toujours être lucide. La meilleure équipe du monde est toujours en face de nous. Moi, je suis content pour les joueurs car cela permet de cimenter leur bon état d'esprit et cela récompense leurs efforts. Ce serait bien aussi si cela pouvait amener un peu d'enthousiasme autour. Ce n'est pas parce que l'on a fait match nul que l'on est les plus beaux et les meilleurs. Je ne demande pas d'indulgence mais on a une jeune équipe. La volonté, le caractère sont là. On ne fait pas tout bien mais on a une marge de progression. Les gens ont vibré, le scénario est magnifique. Les joueurs ont ressenti un soutien et ils en ont besoin".

Comment changer autant de visage en quatre jours?
DD: "Notre 1re période contre le Japon déjà était de très bonne tenue, on avait archi-dominé. Après, cela avait été un peu de ma faute car j'avais fait des changements. Ce 1er match était important, mais il servait à préparer celui-ci. D'une mi-temps à l'autre même, cela peut évoluer. On peut faire encore mieux. Il faut s'appuyer sur ce qui a été fait. Les autres matches internationaux sont durs aussi. L'Espagne a battu la Georgie à la 88e minute. On n'est pas les meilleurs, on n'est pas les plus nuls non plus. Il faut s'appuyer sur ce résultat et ne pas s'endormir dessus".

Avez-vous plus de certitudes sur le potentiel de votre équipe?
DD: "Mais même avant ce match, je connais mes joueurs, j'ai confiance en eux. On l'aurait perdu, cela aurait été pareil. Un match comme ça va permettre à Blaise Matuidi de grandir. On ne domine pas tout le monde mais on a des qualités. Le match du Japon aussi était important pour se construire. On veut aller au Brésil et d'une manière ou d'une autre, on y sera".

Voir la video

AFP