Didier Deschamps
Didier Deschamps | DR

Deschamps: "On ne va pas y aller en touriste"

Publié le , modifié le

Tout en refusant le statut de favori, le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps a affirmé mardi que les Bleus n'aborderaient pas le quart de finale du Mondial 2014 contre l'Allemagne, vendredi, "en touriste".

Peut-on considérer que la Coupe du monde des Français est d'ores et déjà réussie?

Didier Deschamps : "On n'a pas raté notre Coupe du monde. Je suis très fier et les joueurs le méritent, c'est un grand plaisir pour moi et mon staff d'être au quotidien avec eux et de les diriger, les accompagner. Mais on ne va pas y aller en touriste vendredi. On va jouer le coup à fond, si on joue relâché, ça risque de nous faire drôle. Mais on apprécie, on est quart de finaliste, ce n'est pas rien."
   
Morgan Schneiderlin et Bacary Sagna ont déclaré avant le 8e de finale  que l'objectif était d'aller chercher le titre...

D.D. : "C'était un moment d'égarement. C'était du deuxième degré et vous l'avez  pris au premier degré. Il faut avoir de l'ambition mais il ne faut pas que ça se transforme en prétention. Je suis réaliste, mon rendez-vous est là, vendredi, et pour mes joueurs aussi. Cela ne sert à rien de se projeter plus loin. La réalité aujourd'hui, c'est l'Allemagne vendredi. Tout le monde peut rêver, moi aussi, mais je suis quelqu'un de pragmatique et de réaliste. Vendredi, il n'y a que ça qui compte."

Allez-vous parler à vos joueurs du France-Allemagne de 1982?

D.D. : "Ils n'étaient pas nés, je vais parler de quoi? Joachim Löw a tout à fait raison. Respect pour les anciens et ce qui s'est passé mais on ne va pas jouer les anciens combattants. J'avais 14 ans, ce sont mes premiers souvenirs de l'équipe de France. C'était il y a longtemps. Ce sont des moments cruels puisqu'on en parle encore aujourd'hui. On ne va pas parler de revanche ou quoi  que ce soit. Mais c'était un grand moment, émotionnel, triste. C'est pour ça que le football a quelque chose de magique. Il y a des retournements de situation. Cela a marqué l'esprit des gens et l'histoire du football français."
   
Les Bleus s'en sortent plutôt bien avec l'arbitrage depuis le début du  Mondial alors que Blaise Matuidi a commis une grosse faute sur Onazi lundi. Qu'en pensez-vous?

D.D.: "Moins vous en parlerez, mieux c'est. Il y a eu d'autres gestes plus que limites sur d'autres matches. Il y a des duels et on a aussi des joueurs qui vont dans les duels. Je ne vais pas me plaindre, mais il y a une telle  intensité dans les matches, du rythme. Il suffit d'arriver un dixième en retard  et ça peut faire des fautes spectaculaires. Je suis désolé pour Onazi, Blaise est allé s'excuser, mais ça peut arriver. Je n'ai pas le sentiment qu'on soit  favorisé. Il y a des faits de jeu, peut-être que si j'étais Nigérian, je dirais l'inverse, mais je ne pense pas que ce soit quelque chose qui ait influencé nos  résultats."

AFP