Deschamps face à la jaunisse

Deschamps face à la jaunisse

Publié le , modifié le

Seule ombre au tableau du premier match de l'équipe de France dans cette Coupe du monde gagné contre le Honduras (3-0): les cartons jaunes. En ayant été avertis, Yohan Cabaye, Paul Pogba et Patrice Evra risquent tous trois une suspension en cas de récidive. Or, les compteurs, sur ce plan-là, ne seront remis à zéro que lors des quarts de finale. Didier Deschamps va donc devoir gérer ses trois cas lors des deux prochains matches de groupe, avant un hypothétique 8e de finale.

Pour aller loin, il faut tout gérer: la tactique, la forme de chaque joueur, l'adversaire, les conditions climatiques. Et les possibles suspensions. Didier Deschamps, satisfait du score et de la manière après la victoire sur le Honduras (3-0), doit maintenant se pencher sur la discipline.

Car ce premier match, attendu comme physique, a tenu ses promesses. Et les coups pris par les Français, s'ils ont valu aux joueurs adverses trois avertissements et une expulsion, ont également coûté trois cartons jaunes dans le camp tricolore. Et pas des moindres: Patrice Evra, coupable d'une faute d'anti-jeu, Paul Pogba, averti pour avoir réagi à un piétinement de Palacios, Yohan Cabaye, pour un tacle en retard (45e+2). A la mi-temps, le sélectionneur a donc dû recadrer ses hommes, parmi lesquels le jeune milieu de terrain de la Juventus: "Il subit une faute grossière puis il a un geste de réaction qui ne porte pas à conséquence mais qui aurait pu nous pénaliser", a explique ensuite DD. "Je n'ai pas alerté que lui mais aussi Cabaye et Evra pour leur dire  qu'il était interdit de terminer à dix. Il faut avoir de la maîtrise et ce  n'est pas valable juste pour Paul." 

Vidéo : Deschamps évoque le carton jaune de Paul Pogba

Remise à zéro en quarts

Désormais, le staff de l'équipe de France se trouve avec trois de ses cadres menacés d'une suspension à la suite d'un prochain avertissement. Et l'affrontement avec la Suisse, l'autre grand candidat à la qualification dans ce groupe E, promet d'être un sacré combat. Les trois joueurs, étant donné leur implication dans les tâches défensives, sont exposés. Et le règlement est simple: les cartons jaunes sont effacés uniquement à compter des quarts de finale. Le scénario idéal est donc simple: battre la Suisse pour avoir la qualification pour les 8e de finale en poche, et recevoir un avertissement lors de ce même match afin d'être suspendu face à l'Equateur, pour un match qui comptera "pour du beurre". En revanche, le scénario cauchemar, c'est une défaite contre la Suisse, un avertissement pour l'un d'eux et donc une suspension pour la rencontre encore déterminante contre les Equatoriens.

Et il faudra sans doute ajouter à cette liste d'autres futurs avertis, qui auront à leur tour cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête jusqu'en 8e de finale. Mais c'est le lot de tous les sélectionneurs dans toutes les grandes compétitions. Et pour suppléer Evra, il y a Lucas Digne, tandis que pour Pogba et Cabaye, il y a Mavuba, Sissoko Schneiderlin ou encore Cabella. En 1998, Didier Deschamps avait vu le dernier match de groupe contre le Danemark depuis le banc, puisqu'averti lors du premier match contre l'Afrique du Sud, tout comme Laurent Blanc, victime d'un jaune contre l'Arabie Saoudite. Ils étaient tous deux revenu pour le 8e contre le Paraguay, avec le but en or de l'actuel entraîneur du PSG. En revanche, Emmanuel Petit, lui-aussi sous le coup d'une suspension, avait joué plus d'une heure contre les Danois.

Didier Deschamps au contact avec un Sud-Africain lors du premier match de l'équipe de France au Mondial-1998
Didier Deschamps au contact avec un Sud-Africain lors du premier match de l'équipe de France au Mondial-1998
Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze