manifestants brésil police 2014
Des manifestants brésiliens face à la police locale | AFP

Des lacrymogènes contre des manifestants

Publié le , modifié le

La police militaire de Sao Paulo a dispersé jeudi des dizaines de manifestants avec des gaz lacrymogènes et des grenades détonantes, à quelques heures du coup d'envoi du Mondial, a rapporté un journaliste de l'AFP. L'aéroport international Carlos Jobim/Galeao de Rio a par ailleurs été bloqué jeudi matin par plusieurs dizaines de grévistes.

Un groupe d'une soixantaine de manifestants hostiles à la Coupe du monde  venaient de se rassembler aux abords d'une station de métro derrière une  banderole rouge proclamant: "Si nous n'avons pas de droits, il n'y aura pas de  coupe". Ils avaient confié leur intention de bloquer une grande avenue menant au  stade Arena Corinthians, où aura lieu le match d'ouverture du Mondial Brésil-Croatie dans l'après-midi en présence de 12 chefs d'Etat étrangers. Mais les policiers sont intervenus avant même que la marche ne commence.  Ils ont notamment tiré des balles en caoutchouc contre un manifestant torse nu  qui a été interpellé. "La Coupe n'aura pas lieu", chantaient les manifestants avant  l'intervention policière.

Vidéo: Heurts à Sao Paulo  

L'aéroport principal de Rio bloqué

Un groupe de grévistes de l'aéroport international Carlos Jobim/Galeao de Rio a bloqué jeudi matin la  principale voie d'accès aux terminaux au moment où des milliers de supporteurs  attendus pour le Mondial doivent atterrir ou transiter par la ville. Une vingtaine de grévistes, qui participent au mouvement partiel de 24  heures lancé par le personnel au sol de l'aéroport le jour du match inaugural  de la compétition, ont bloqué l'avenue Vinte de Janeiro pendant une dizaine de  minutes dans le sens centre-ville-aéroport, selon les médias locaux. Rapidement dépêchés sur place, des policiers ont convaincu les grévistes de  lever en partie leur blocage, converti ensuite en barrage filtrant, a indiqué à  l'AFP une attachée de presse de l'entreprise gestionnaire des aéroports,  Infraero. Plusieurs chaînes de TV ont diffusé des images montrant environ 25  grévistes postés sur la route, provoquant un embouteillage de plusieurs  kilomètres et contraignant certains passagers à quitter leur véhicule et  effectuer le reste du parcours à pied pour ne pas manquer leur vol.

Vidéo: Grève à l'aéroport de Rio  

AFP