Dernières incertitudes avant le Nigeria

Dernières incertitudes avant le Nigeria

Publié le , modifié le

L’équipe de France, invaincue depuis le début du Mondial, aborde son 8e de finale de Coupe du Monde en pleine confiance. Quelques incertitudes persistent toutefois, à l’image d’un onze de départ encore fluctuant : Didier Deschamps a essayé de faire tourner contre l’Équateur, mais doit aussi gérer la concurrence à certains postes et composer avec les pépins physiques. Le sélectionneur tricolore a au moins trois choix forts à faire avant le grand rendez-vous contre le Nigeria ce lundi (18h heure française).

Sakho ou Koscielny ?

Deschamps se serait probablement passé de ce dilemme, mais la blessure à la cuisse de Mamadou Sakho, contractée lors de la victoire face à la Suisse (5-2), l’obligera probablement à mettre le défenseur central sur la touche ce lundi. L’un des patrons des Bleus, sorti à l’heure de jeu contre l’Équateur (0-0) après avoir reçu un coup… à la cuisse, s’est contenté de tours de terrain lors de l’entraînement à huis clos samedi. Tous les indicateurs semblent donc au rouge pour le joueur de Liverpool, qui devrait laisser sa place dans le onze à Laurent Koscielny.

Pas toujours convaincant lors de ses dernières sorties sous le maillot tricolore (sa prestation lors du match aller en Ukraine en témoigne), le Gunner a en outre reconnu traîner des tendinites au tendon d’Achille depuis quelques semaines. "Je sais que je ne suis pas capable de faire tous les entraînements, donc j’ai un programme adapté avec le doc pour alléger le travail". Très différent de Sakho, "physique et fort à l’impact dans les duel" alors que lui est davantage, de son propre aveu, "dans la lecture du jeu et l’anticipation", Koscielny aura fort à faire s’il est titularisé aux côtés de Varane. "L’attaque (du Nigeria) va vite, devant ils sont très dangereux, a-t-il annoncé. Ils ont tenu tête à l’Argentine. On est prévenu".

Pogba ou Sissoko ?

D’abord l’un (Pogba face au Honduras), puis l’autre (Sissoko face à la Suisse), puis les deux côte-à-côte (face à l’Équateur) : que décidera Didier Deschamps, pour le premier match à élimination directe des Bleus au Mondial ? Si Yohan Cabaye et Blaise Matuidi semblent indéboulonnables, le côté droit du milieu de terrain est devenu l’un des grands points d’interrogation du sélectionneur, notamment à cause des (ou plutôt, grâce aux) très bonnes prestations de Moussa Sissoko. "Je suis content de mes prestations, mais je ne suis pas là pour prendre la place de quelqu’un", a assuré ce dernier en conférence de presse, en faisant référence à la concurrence avec Paul Pogba au même poste.  

Karim Benzema entre Paul Pogba et Moussa Sissoko
Karim Benzema entre Paul Pogba et Moussa Sissoko

Pourtant, DD n’aura pas le choix et va devoir trancher. Pogba n’est pas forcément aussi étincelant qu’espéré en début de Mondial, visiblement nerveux et fatigué après une longue saison avec la Juve. Au sein du groupe, il fait toujours l’unanimité ("Je ne sais pas ce que vous attendez de lui, qu’il mette deux ou trois buts par match, qu’il dribble toute l’équipe ?, a lancé Yohan Cabaye dimanche. Pour moi, il fait ses matches"), mais son replacement défensif et son attitude ne manqueront pas de faire cogiter le staff tricolore. "Paul a énormément de potentiel (…) tout semble facile pour lui, mais il ne faut pas qu’il tombe dans la facilité", a averti Deschamps. Moins bien armé techniquement mais en meilleure forme que son cadet, Sissoko semble partir avec un court avantage.

Griezmann ou Giroud ?

Si la question du milieu de terrain se pose à droite, celle de l’attaque se situe à gauche, entre Antoine Griezmann et Olivier Giroud. Ce dernier, sur le banc pour débuter la Coupe du monde, a réalisé un match de haute volée dans le onze lors du festival offensif des Bleus contre les Helvètes, avant de faire une entrée plutôt discrète face à l’Equateur. Pas sûr que cela suffise à pousser Griezmann sur le banc : la pépite de la Real Sociedad a presque réussi à faire oublier Franck Ribéry sur le flanc gauche de l’attaque française, reste sur une prestation décevante mercredi contre la Tri.

Sa titularisation permettrait certes à Karim Benzema, impeccable au Brésil, de s’exprimer à sa pleine mesure en pointe, mais les deux dernières associations entre le buteur du Real (remplacé à gauche) et Giroud ont donné lieu à une  avalanche de buts (huit face à la Jamaïque en préparation, cinq contre la Suisse). Samedi, à l’entraînement, c’est pourtant bien Griezmann qui a été choisi pour jouer dans l’équipe de Benzema. Deschamps osera-t-il effectuer un changement de dernière minute ?

Vidéo : jour J pour les Bleus contre le Nigéria

Gaétan Scherrer @GaetanScherrer