gianni infantino fifa
Gianni Infantino président de la FIFA | Geoff CADDICK / AFP

Coupe du monde 2026 : 48 équipes, ça change quoi ?

Publié le , modifié le

La Coupe du monde de football va passer de 32 en 48 équipes en 2026. Un changement qui en entraîne d'autres.

C'est officiel : 48 équipes disputeront la Coupe du monde 2026 ! Seize équipes de plus, qu'est-ce que cela change ? 

De nouveaux qualifiés 

Pour passer de 32 à 48, il faut logiquement attribuer plus de billets qualificatifs aux fédérations régionales. Cette répartition est le principal sujet de débat entre l'UEFA (Europe), la CONCACAF (Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes), la CONMEBOL (Amérique du Sud), la CAF (Afrique, l'AFC (Asie) et l'OFC (Océanie). Un accord doit être rendu public d'ici le mois de Mai. Les prémices ont déjà fuité : l'Europe gagnerait trois places (16 qualifiés), l'Afrique quatre (9), l'Asie quatre (8.5), l'Amérique du Sud deux et demie (6), la zone Concacaf trois (6.5) et l'Océanie une demie (1). Un représentant de l'Asie et de la Concacaf s'opposeront lors d'un barrage, puisque l'on ne peut pas envoyer une demi-équipe à la Coupe du monde.  

Des poules de 3 

Ces seize qualifiés de plus obligent à revoir complètement l'organisation de la Coupe du monde. Au revoir les huit poules de quatre, bonjour les seize groupes de trois. Les deux premiers se qualifient pour un tour à élimination directe supplémentaire : les 16e de finale. Ce format promet des maux de tête pour départager les équipes à égalité. La FIFA aurait trouvé une solution : des tirs aux buts en cas de match nul. Il fallait y penser ! Seize matches supplémentaires mais toujours trente-deux jours de compétitions et douze stades. Ce qui pose de sérieuses questions sur la qualité des pelouses lors de la phase de poule. 

Une hausse des revenus

L'augmentation du nombre d'équipes devrait en entraîner une autre : celle des revenus. Selon un rapport de la FIFA, consulté par l'AFP, la fédération international table sur 605 millions d'euros supplémentaires par rapport aux prévisions sur la Coupe du monde 2018, ainsi que 480 millions d'euros en plus de droits télévisuels et 350 millions de revenus de marketing. Des prévisions toujours très incertaines, mais la motivation principale de la FIFA est sans doute là. 

Hugo Monier @hgo_mon