Coupe du monde 2022 : pas de matches en mars en Amérique du Sud !

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Neymar Brésil
Neymar avec le maillot brésilien lors d'un match contre le Pérou en octobre 2020. | Daniel APUY / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La Confédération sud-américaine de football (Conmebol) a annoncé ce samedi 6 mars le report des matches de qualification à la Coupe du monde 2022 au Qatar prévus fin mars, à la suite du refus des clubs européens de libérer leurs joueurs sud-américains en raison de la pandémie de Covid-19.

Pas de retrouvailles entre Neymar et Messi. Prévu pendant la trêve internationale de mars, le choc entre le Brésil et l'Argentine n'aura pas lieu. Comme tous les autres matches sud-américains de qualification à la Coupe du monde 2022. La Conmebol l'a annoncé ce samedi, confirmant un report qui était dans l'air à cause de la pandémie.

"Cette décision est due à l'impossibilité de compter dans les temps sur tous les joueurs sud-américains", a indiqué la Conmebol dans un communiqué. Elle indique "étudier une reprogrammation" de ces 5e et 6e journées des qualifications de la zone sud-américaine avec la Fédération internationale (FIFA). De nombreux clubs européens, notamment anglais, ont refusé que leurs joueurs sud-américains se rendent en Amérique du Sud, alléguant qu'ils auraient à observer une quarantaine à leur retour.

à voir aussi Ligue des champions : Neymar et les blessures, une histoire qui se répète Ligue des champions : Neymar et les blessures, une histoire qui se répète

La pression des clubs européens 

"Les clubs paient les joueurs, ce qui signifie que nous devons être prioritaires. On ne peut pas rendre tout le monde heureux à cette période de notre vie", a déclaré cette semaine l'entraîneur de Liverpool, Jürgen Klopp. L'Espagnol Pep Guardiola, qui dirige Manchester City, a estimé que "Cela n'a pas de sens si les joueurs partent avec leur équipe nationale et doivent ensuite s'isoler pendant dix jours à leur retour". L'entraîneur argentin du Paris Saint-Germain, Mauricio Pochettino, s'est montré plus mesuré en appelant à "une solution juste et équitable".

Pour les dix associations membres de la Conmebol, la présence de leurs joueurs européens est essentielle, à l'image de Neymar pour le Brésil, ou de Messi pour l'Argentine. Cette décision a été prise samedi lors d'une réunion entre la Conmebol, dont le siège est au Paraguay, et la FIFA. 

AFP

Coupe du Monde de Football