Allemagne

Coupe du monde 2018 : Zoom sur l'Allemagne

Publié le , modifié le

La Mannschaft a une tâche compliquée en Russie. Joachim Löw et sa troupe défendent leur couronne brillamment remportée il y a quatre ans. Dans un groupe largement à sa portée, l’Allemagne vise loin et peut, en cas de nouveau succès, rejoindre le Brésil sur le toit du monde.

► Retrouvez le guide la Coupe du monde 2018

• Ambitions : le Brésil en ligne de mire

Rejoindre Pelé, Garrincha et consorts dans la légende. C’est la mission qui attend les champions du monde en titre. Depuis le doublé brésilien lors des éditions 1958 et 1962, aucune sélection n’est parvenue à défendre son titre. De quoi mesurer la difficulté de la mission qui attend l'Allemagne. L’autre ambition de la Mannschaft ? Accrocher une cinquième étoile au-dessus de l’écusson. Une distinction qui les placerait à hauteur… du Brésil. La Seleçao est pour l’instant seule en tête avec ses 5 succès en Coupe du monde. Avant d’être rejointe au soir du 15 juillet prochain ?

• Le joueur à suivre

Décrié pour son irrégularité avec les Gunners d’Arsenal, Mesut Özil n’en reste pas moins un pourfendeur de ballons soyeux. Tel un Christophe Colomb du ballon rond, l’Allemand découvre des zones de passes. Vision périphérique, qualité du pied (gauche), feintes… Le numéro 10 a tout et utilise souvent au mieux ses atouts avec la sélection. En 4-2-3-1 derrière Timo Werner ou Thomas Müller, le créateur d’occasions de la Mannschaft régule le jeu offensif. S’il y a quatre ans Özil a manqué de forme en fin de compétition, sa fin de saison relativement tranquille avec Arsenal devrait le mettre dans les meilleures dispositions au moment d’atterir à Moscou.

• Parcours

L’Allemagne a traversé les éliminatoires pour le Mondial russe en costaud. 10 matchs, 10 victoires, 43 buts inscrits, quatre encaissés… Certes, la concurrence n’était pas vraiment au rendez-vous (sans leur faire offense) dans un groupe composé de la Norvège, de Saint-Marin, l’Azerbaïdjan, l’Irlande du Nord et la République Tchèque. Mais les scores infligés sont autant de piqûres de rappel de la puissance de feu des hommes de Joachim Löw. En vrac ? 8-0 et 7-0 face à Saint-Marin, 6-0 contre la Norvège, 4-1 et 5-1 aux Azéris… Oui, la Mannschaft a roulé sur tout le monde pour valider son billet pour la Russie.

• Historique en Coupe du monde : une 20e participation sans Miroslav Klose

Le Mondial en Russie marque aussi l’ouverture d’un nouveau chapitre pour tout un pays. Les exploits de Miroslav Klose, meilleur buteur de l’histoire de la compétition (16 buts), font partie du passé. Le serial buteur a raccroché avec la sélection après deux buts supplémentaires lors de l’édition brésilienne. En 2018, désormais, l’Allemagne n’a plus de vraie pointe. Fini le buteur à l’ancienne à la “Miro”, même si Mario Gomez peut espérer une place dans les 23. Le jeu de la Mannschaft est plus complet, plus moderne aussi : l’arrière droit Joshua Kimmich, meilleur passeur des éliminatoires (7 passes décisives), en est le symbole. L’Allemagne, qui fête sa 20e participation, aime le Mondial. Un chiffre à retenir ? 63%. Depuis qu’elle prend part à la Coupe du Monde, la sélection allemande a terminé, dans 63% des cas, aux trois premières places du tournoi. Monstrueux.

• Le onze type

Coupe du monde 2018 : Zoom sur l'Allemagne
© Kévin Jérault

• Classement FIFA

L'Allemagne trône en tête du classement FIFA avec 1 544 points, devant le Brésil.

• Palmarès

Victoires : 4 (1954, 1974, 1990, 2014)

Finaliste : 4 fois (1966, 1982, 1986, 2002)

Troisième : 4 fois (1934, 1970, 2006, 2010)

• L'info en plus : Neuer à l'heure, mais dans quel état ?

C’est l’incertitude qui pèse côté allemand : l’état de forme de son capitaine Manuel Neuer, absent depuis septembre et opéré du pied gauche. Cette saison 2017-2018, le portier a disputé, en tout et pour tout, trois matchs officiels. De quoi avoir des doutes au moment de disputer le Mondial. Si Ter Stegen a parfaitement assuré l’intérim, avoir Neuer dans les buts est une assurance peut-être sans commune mesure en Europe et dans le monde. Raison pour laquelle le sélectionneur Joachim Löw a quand même pris la décision de l'intégrer dans sa liste élargie.

Clément Pons @Ponsclement