Corée du sud

Coupe du monde 2018 : Zoom sur la Corée du Sud

Publié le , modifié le

Cet été, les Sud-coréens sont clairement l’équipe la moins cotée dans un groupe où le Mexique et la Suède se disputeront la 2e place derrière l’Allemagne. Mais les récents matches de préparation des Guerriers Taeguk – 1-1 contre la Colombie et la Serbie – laissent présager quelques surprises. Pour sa symbolique dixième participation, l’outsider du groupe F a de vrais atouts. A commencer par le très performant attaquant de Tottenham, Heung-min Son.

► Retrouvez le guide la Coupe du monde 2018

• Ambitions : Sortir d'une poule relevée 

Ce n’est pas vraiment un secret, le Tigre d’Asie a très peu de chance de passer les phases de poule. Derrière l’Allemagne, grande favorite du groupe F, la Corée du Sud devra se battre contre la Suède et le Mexique pour décrocher une deuxième place qualificative pour les huitièmes de finales. Pour son premier match, la formation sud-coréenne jouera le 18 juin la Suède, puis cinq jours plus tard le Mexique. "C’est un groupe corsé. La Suède est meilleure que nous, le Mexique est meilleur que nous et l’Allemagne, évidemment, est meilleure que nous. Mais quand on est sur le terrain, on vise toujours la victoire, personne ne veut perdre. Evidemment, la qualité de jeu fait la différence, mais mentalement, on devra être encore plus prêts que les autres", a déclaré l’un des précieux atouts des Guerriers Taeguk, Son Heung-Min, à la FIFA.

• Le joueur à suivre

Son Heung-Min a été élu trois fois meilleur joueur asiatique de l’année. Transféré en 2015 de Leverkusen à Tottenham pour 30 millions d’euros, l’ailier gauche est devenu incontournable dans le 11 de départ de Mauricio Pochettino. L’attaquant des Spurs a des stats qui parlent pour lui. En 47 rencontres, le joyau de Tottenham a inscrit 21 buts et délivré 10 passes décisives. En décembre dernier, Son Heung-Min a même marqué cinq buts en cinq matches de Premier League à domicile à la suite. Pas de quoi rassurer le sélectionneur national, Shin Tae-Yong, qui s’est dit « inquiet que la forme de Son soit moins bonne en mai, que sa concentration baisse et qu’il soit physiquement fatigué ».

• Parcours : Une qualification au forceps

Le moins que l’on puisse dire, c’est que la Corée du Sud en a bavé pour obtenir sa qualification cette année. Les hommes de Shin Tae-Yong, le sélectionneur, ont vécu de lourdes défaites et pour le moins pénalisantes face à la Chine et au Qatar. En 10 matches, l’équipe a essuyé 3 défaites, trois nuls et 4 victoires. Tout s’est en réalité joué lors de la dernière rencontre face à l’Ouzbékistan, qui n’était à l’époque qu’à un seul but de la qualification. Heureusement, les Sud-coréens ont réussi à arracher un nul (0-0) aux Ouzbeks pour terminer deuxième de la zone Asie.

• Parcours en Coupe du monde

La Corée du Sud est le pays d’Asie ayant obtenu les meilleurs résultats en Coupe du Monde. Elle a disputé neuf fois l’épreuve reine et a tout de même atteint les demi-finales en 2002 à domicile. Elle a passé une seconde fois le cap des poules, en 2010, en atteignant les 8es de finale.

• Le onze-type

Coupe du monde 2018 : Zoom sur la Corée du Sud

• Classement FIFA

La Corée du Sud occupe la 61e place au classement FIFA, à une place du Japon. Son meilleur rang a été 17e en 1998.

• Palmarès

La Corée du sud a participé 13 fois à la Coupe d’Asie des nations. Elle l’a remportée à deux reprises (1956 et 1960) et a été finaliste quatre fois (1972, 1980, 1988, 2015). L’équipe a également disputé 9 fois la Coupe d’Asie de l’Est des nations. Elle l’a gagnée cinq fois dont les éditions 2015 et 2017 et a été finaliste à trois reprises (1992, 1995, 2010).

• L’info en plus

La formation sud-coréenne est en plein chamboulement. Mi-juin 2017, elle a limogé son entraineur, Uli Stielike, après sa défaite au Qatar lors de la 8e ronde des éliminatoires. Le coach allemand a été remplacé par son assistant, Tae-Yong Shin. Depuis, celui qui a à son palmarès une Ligue des champions asiatique (en 2010) s’est attaché à reconstruire l’équipe en testant plusieurs combinaisons. L’attaque est notamment en chantier. Et pour cause. Lors des qualifications, les Sud-coréens n’ont marqué que 11 fois en 10 parties.

Chloé Joudrier