Emil Forsberg
La solution pourrait venir du 10 suédois, Emil Forsberg, très convainquant lors de la phase de groupe | Adrian DENNIS / AFP

Coupe du monde 2018 : Suède - Suisse, un choc équilibré

Publié le , modifié le

Si le choc Suisse/Suède (mardi, 16h) n’est pas l’affiche la plus alléchante de ces huitièmes de finale, c’est peut-être l’opposition entre les deux équipes les plus proches en termes de niveau. Tant dans leur parcours et leur effectif que dans les confrontations directes, difficile de désigner un favori.

Dans les confrontations directes, léger avantage pour la Suède avec 11 victoire contre 10 pour la Suisse et 7 matchs-nuls. Un total de 46 buts à 42 pour la Suède. Un bilan très serré. Même pour Opta, c’est le 8e de finale le plus indécis avec 52,1% de chance de victoire pour la Suède. En termes de jeu la Suisse s’est en revanche montrée plus séduisante, avec une prestation très aboutie contre le Brésil (1-1).

Même lors de ses entames de matchs manquées et de sa copie décevante face au Costa Rica (2-2), elle a montré une belle solidarité et un mental collectif à toute épreuve. Mais mardi, les Suisses devront composer sans leur capitaine Stephan Lichtsteiner, suspendu, qui sera suppléé par Michael Lang. Fabian Schär, lui aussi suspendu devrait être remplacé par Johan Djourou.


 

Le capitaine suisse Stephan Lichtsteiner, suspendu, sera suppléé par Michael Lang
Le capitaine suisse Stephan Lichtsteiner, suspendu, sera suppléé par Michael Lang © Grigoriy Sisoev / Sputnik

Sans Ibra, un collectif plus équilibré

Depuis la retraite internationale de Zlatan Ibrahimovic, la Suède est orpheline de star, à part Emil Forsberg, en vue à Leipzig, aucune individualité ne sort du lot. En revanche certains n'en sont pas à leur premier grand rendez-vous. Sept joueurs de l'effectif suédois faisaient partie de l'équipe M21 titrée à la Coupe d'Europe 2015 en République Tchèque. Moins séduisante dans le jeu, la Suède a tout de même créé l’exploit en terminant première d’un groupe F assez relevé (Allemagne, Corée du Sud, Mexique) qui a vu l’élimination de l’Allemagne. L'équipe post-Ibra semble avoir trouvé son identité fondée sur une grande rigueur collective. 

Léger avantage dans le jeu pour la Suisse mais... 

La possession devrait être plus du côté de la Suisse mais les joueurs de la Nati devront réussir à convertir contre une équipe de Suède qui n’a encaissé que deux buts depuis le début de la compétition et rendu deux clean sheet.

La Suède avait déjà donné du fil à retordre aux Bleus pendant les éliminatoires en s'imposant 2 buts à 1 en juin 2017. La formation de Janne Andersson s'est montrée solide lors de la phase de groupe. Victoire contre les Sud-Coréens (1-0), Belle prestation contre l’Allemagne malgré la défaite (1-2) en encaissant deux buts dans le temps additionnel. Les Suédois avaient dominé la première période (avec en plus un penalty qui aurait pu leur être accordé en début de match). Les Scandinaves ont conclu par une large victoire face au Mexique (3-0). La Suisse est  quant à elle invaincue depuis 9 rencontres. Le même scénario qu'à l’Euro 2016, où ils avaient finalement butté en 8e de finale aux tirs au but face à la Pologne. 

Chacun a ses arguments, difficile de se prononcer... Sauf pour Ibra qui s'est fendu d'une punchline dont il a le secret : " J’ai dominé le monde, maintenant, la Suède va dominer monde.

Névil Gagnepain