Mbappe France Belgique CDM 2018

Coupe du monde 2018 : Mbappé, la menace constante

Publié le , modifié le

Personne n'a jamais douté de lui, c'est à l'évidence un crack du football, mais Kylian Mbappé continue, match après match, à surprendre par ses facilités. Face à la Belgique, chacune de ses touches de balle a montré la voie à l'équipe de France. On l'a vu buteur contre l'Australie et l'Argentine, ce mardi soir il s'est mué en créateur, sans mettre de côté son explosivité.

Première minute de jeu, à peine le coup d'envoi donné, Kylian Mbappé reçoit le ballon, s'engouffre côté droit. Dans 90% des cas, cette option se conclut par une perte de balle stupide. Mais le prodige de 19 ans se fend d'un dribble efficace, malgré son côté prévisible. L'attaquant du PSG avance inexorablement, élimine un deuxième adversaire et se retrouve en position de centre. 

Du finisseur au créateur

Comme un symbole, comme si celui qui n'était pas encore professionnel début 2016 était le phare de son équipe. Sa lumière s'est tarie pendant 20 minutes quand les Bleus ont subi face à des Diables Rouges enchaînant les gestes justes, menaçant le but d'un Hugo Lloris décisif au bon moment. 

Alors oui, Mbappé n'a pas marqué, il n'a pas non plus tiré la moindre fois. Mais il a su briller dans un autre registre, celui du créateur dynamiteur. En témoigne sa roulette incroyable en deuxième mi-temps, pas loin de devenir la plus belle passe décisive du Mondial.

Sur l'ensemble de la rencontre, Kylian Mbappé a réussi 7 dribbles (70% du total de son équipe), mais fait encore plus intéressant, il a été auteur de 6 passes clés. Vous savez, ces passes qui déstabilisent une défense, transperçant les lignes, créant les décalages. Benjamin Pavard aurait pu être buteur grâce à l'une d'entre elles si Thibaut Courtois n'avait pas été présent sur sa ligne (39').

Mbappé a également brillé sur des phases d'attaque rapide, portant le ballon au cœur de la défense adverse, avant de changer le jeu avec une justesse infinie. Rayonnant en zone mixte après le match, celui qui n'était pas né en juillet 98 garde la tête sur les épaules. "Le ballon d'or? Je m'en contre-fiche, je veux la Coupe du monde et c'est tout", a-t-il immédiatement répondu aux éloges dont il était l'objet, sourire espiègle en coin. Les Français craignaient Hazard, mais c'est finalement Mbappé et l'équipe de France qui gardent entrouvertes les portes de l'Eden.

Coupe du Monde de Football