Espagne CDM

Coupe du monde 2018 : L'Espagne gagne mais tremble face à l'Iran

Publié le , modifié le

L'Espagne s'est imposée 1-0 contre l'Iran pour son deuxième match de Coupe du monde. Elle rejoint le Portugal en tête du groupe B, avec 4 points. Une victoire logique mais elle n'a pas été obtenue facilement. En face, l'Iran a cadenassé sa surface de réparation et procédé en contres, se procurant plusieurs situations chaudes. La Team Melli a été sevrée de ballons mais ne s'est jamais démontée. Malgré la défaite, elle a encore les cartes en main pour se qualifier en huitième. Pour cela, il faudra vaincre le Portugal.

Le match : 1-0 (Diego Costa 53')

Le barrage iranien n'aura finalement pas tenu. Après une première mi-temps passée dans sa propre surface de réparation, le match s'est décanté en deuxième période. L'Iran a cédé à la 53e minute en se tirant une balle dans le pied, ou plutôt dans celui de Diego Costa. Alors trouvé dans la surface, l'attaquant espagnol se retourne et s'apprête à tirer, mais son vis-à-vis tire dans la balle, qui rebondit contre la jambe de Costa avant d'échouer au fond des filets.

Voilà l'unique but de la rencontre et il vaut très cher. D'autant qu'il survient à peine une minute après une énorme occasion iranienne. A la 52e minute, Ansarifard loge sa puissante reprise de volée dans le filet extérieur. Brève illusion d'optique. Non, le ballon n'est pas rentré. Et c'est quelques instants après cette frayeur que l'Espagne ouvre le score.

Même si la Roja a désormais son destin bien en main, elle a fait preuve d'une grande friabilité en défense, et particulièrement sur centre et coup de pied arrêté défensif. A l'heure de jeu, un but de Saeid Ezatolahi, obtenu à l'issue d'un coup-franc, est refusé (à juste titre). A la 81e minute, Amiri élimine Piqué par un petit pont léché. Son centre au deuxième poteau trouve Taremi, qui manque le cadre à bout portant.

Quand l'Iran est sorti de sa tanière, l'Espagne a tremblé. Mais le cruel manque de réalisme des Iraniens va nourrir de profonds regrets. Ajoutez à cela la fausse joie du but refusé et la frustration d'avoir encaissé un but aussi stupide... Il faudra vite retrouver du sang-froid pour aller chercher une victoire contre le Portugal

Les déclas 

Carlos Queiroz (sélectionneur de l'Iran) a loué son adversaire du soir mais surtout "l'attitude guerrière" de ses joueurs.  "Je pense que nous méritions un peu plus à la fin du match. (...) Nous avons quitté la pelouse à 1-0 contre nous, mais nous avons gagné le respect", s'est réjoui l'entraîneur, qui se projette déjà sur le match contre le Portugal. "Nous avons montré que nous étions prêts à souffrir et à nous battre pour notre rêve: passer au tour suivant". L'Iran y croit encore.

Fernando Hierro (sélectionneur de l'Espagne) n'a fait part d'aucune inquiétude. Au contraire, il s'est dit satisfait de ses joueurs parce qu'ils ont "respecté à la lettre le plan établi". Hierro a particulièrement apprécié la prestation de Diego Costa et a semblé fuir dès qu'il fallait évoquer le statut de cador de la Roja, insistant sur le faible écart global entre les équipes qui participent au Mondial

Du foot au rugby il n'y a qu'un pas

Coupe du monde 2018 : L'Espagne gagne mais tremble face à l'Iran
© AFP

A la 69e minute, les Espagnols obtiennent un corner, joué au premier poteau. David Silva trouve Dani Carvajal en retrait. Le latéral droit du Real Madrid voit sa frappe contrée et arrêtée par un défenseur. Diego Costa se jette pour pousser le ballon au fond des filets. Trois iraniens font obstacle de leur corps. Le cafouillage est total. Un maul se forme. Un des défenseurs iraniens remue le ballon avec son bras à plusieurs reprises. On n'y voit plus rien.

Les Iraniens se relèvent finalement et le jeu reprend comme si de rien était. Et cette phase de jeu restera comme la seule occasion espagnole après l'ouverture du score. Une scène cocasse donc, mais rendue presque banale en toute fin de match quand Mohammadi tente une roulade-touche et s'abstient au dernier moment.

Coupe du Monde de Football