La France impuissante face au Danemark
La France impuissante face au Danemark | EVGENYA NOVOZHENINA / SPUTNIK

Coupe du Monde 2018 : les Bleus terminent sur un nul face au Danemark et assurent la première place du groupe

Publié le , modifié le

Dans un match qui a très rapidement basculé dans l'ennui, la France et le Danemark se sont quittés sur un match nul et vierge, le premier de cette Coupe du Monde. Un résultat qui permet aux Bleus de conserver la première place du groupe C et au Danemark de rallier les huitièmes de finale. Les joueurs de Didier Deschamps affronteront le deuxième du groupe D, l'Argentine, pour une place en quart de finale, samedi à 16h.

Un troisième match de poules, une qualification déjà en poche, une équipe largement remaniée pour faire reposer les cadres et éviter d’éventuelles suspensions pour les huitièmes... Sans enjeu ou presque, ce match face au Danemark devait permettre aux Bleus d'enfin lancer enfin leur Coupe du Monde après deux matches majoritairement insipides face à l’Australie et au Pérou. Encore raté. De ce Danemark-France qui restera comme le premier 0-0 de ce Mondial russe, on ne retiendra pas grand-chose, si ce n’est que les hommes de Didier Deschamps ont assuré l’essentiel en conservant la première place du groupe, et que le premier match des Bleus face à l’Australie n’était finalement pas si mal que ça...

Des Bleus bien pâles

Car dans un match où le nul suffisait aux deux équipes pour se qualifier et aux Bleus d’assurer la première place du groupe C, ce Danemark-France a rapidement basculé dans l’ennui. Sans joueur capable d’accélérer le jeu au milieu de terrain et avec un Lemar jouant très (trop ?) près d’un Antoine Griezmann, la France a longtemps peiné face au bloc bas mis en place par le Danemark. Seul frisson d'un premier acte sous somnifères, une frappe en pivot de Giroud sortie par Schmeichel (14e) après une belle phase de possession côté droit, la seule entrevue en 45 minutes. Preuve de l’incapacité à déstabiliser ce bloc danois, Giroud (2) et Griezmann (1) n’ont été trouvé que trois fois dans la surface. Maigre, très maigre.

La deuxième période ? Une copie conforme de ce que l'on a vu en première mi-temps, avec des Danois qui n'auront que très peu vu la surface de Steve Mandanda, excepté sur une frappe d'Eriksen qui a frôlé le montant du gardien marseillais (59e). Côté Bleus, les seules satisfactions seront venues du banc, alors que les habituels remplaçants intégrés dans le onze aujourd'hui (Lemar, Nzonzi, Dembélé, Sidibé) auront globalement déçu. Benjamin Mendy, rentré juste après la mi-temps, aura été le premier joueur français à réussir un centre dans le jeu depuis le début de cette Coupe du Monde (après 25 centres tentés dans le jeu !). Nabil Fekir aura lui de nouveau pris la place d'un Antoine Griezmann toujours dans le dur, et aura été le seul Français à faire passer quelques frissons aux supporters Bleus avec une frappe dans le petit filet (70e) et un tir enroulé bien repoussé par Schmeichel (82e).

Si seul le résultat compte, comme aime à le rappeler Didier Deschamps, ce n'était visiblement pas du goût de certains des 80 000 spectateurs du stade Loujniki, qui auront copieusement sifflé les 22 acteurs pendant une grande partie de la deuxième mi-temps. Comme en 2014 et en 2016, la France conclut sa phase de poules par un 0-0. Et comme il y a deux ans lors de l’Euro, la France n’a pas vraiment convaincu dans le jeu malgré un groupe largement à sa portée mais a assuré l’essentiel en ralliant la phase finale sans trop se faire peur. Face à la Croatie, l’Argentine, l’Islande ou le Nigéria, ce sera déjà une autre histoire. Bref, vivement les huitièmes.

Coupe du Monde de Football