Coupe du monde 2018 : L'Argentine échappe à l'enfer et rejoint la France en huitièmes

Publié le , modifié le

Auteur·e : Andréa La Perna
Argentine

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Elle avait un pied dans la tombe après sa lourde défaite contre la Croatie (0-3), l'Albiceleste est finalement qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde. L'Argentine s'est imposée 2-1 contre le Nigeria mais que ce fut dur... Le Nigeria a d'abord égalisé et aurait pu prendre l'avantage à 1-1. Le sauveur se nomme Marcos Rojo. Grâce à un but dans les cinq dernières minutes, l'Argentine se qualifie in extremis en profitant de la victoire croate contre l'Islande. Elle affrontera la France en huitièmes de finale pour un choc au sommet.

Le match : 2-1 (Messi 14', Rojo 86' / Moses 51')

La pression de tout un peuple sur les épaules, Jorge Sampaoli devait trouver la solution miracle pour sauver l'Argentine. Le sélectionneur de l'Albiceleste a donc procédé à 5 changements par rapport à la déconvenue subie contre la Croatie. Exit Caballero dans les buts, coupable d'une boulette monumentale. A 31 ans, le portier de River Plate, Franco Armani, sent pour la première fois le parfum d'une cape internationale. Acuña, Salvio, Meza et Agüero retrouvent le banc. Rojo, Banega, Di Maria et Higuaín sont titularisés face à une équipe nigériane qui ne bouge pas. Gernot Rohr est satisfait de ses hommes, victorieux 2-0 de l'Islande au match précédent. 

Mais c'est bien l'Argentine qui ouvre le score grâce à Lionel Messi. Le quintuple ballon d'or débloque son compteur après 12 tirs manqués depuis le début du Mondial. Bien trouvé par un délice de passe par dessus la défense signée Ever Banega, Messi contrôle de la cuisse en pleine course et conclut d'une frappe croisée du droit : 1-0 (14'). Pour l'instant qualifiée, l'Albiceleste continue de dominer. D'abord, Higuaín manque son face-à-face avec Uzoho (27'). Puis, Messi (encore) trouve le poteau sur coup-franc (33').

Catastrophe au retour des vestiaires. Mascherano, particulièrement peu rassurant, est coupable d'une faute dans la surface et offre un penalty aux Nigérians, aussitôt converti par Victor Moses (51'). L'Argentine est virtuellement éliminée au profit des Super Eagles, qui auraient pu sceller le sort des ciel-et-blanc vingt minutes plus tard. Un dégagement complètement manqué - et de la main - de Rojo revient sur Ighalo qui n'a plus qu'à crucifier Armani, mais c'est à côté. Après utilisation de la VAR, pas de penalty. L'Argentine tremble.

Le bloc nigérian tient bon et laisse peu d'espaces. Mais voilà, le football c'est aussi un peu n'importe quoi. Mercado s'infiltre dans son couloir droit, centre au point de penalty et qui surgit ? Marcos Rojo ! Le défenseur central décoche une reprise de volée de son mauvais pied et redonne l'avantage à l'Albiceleste à 5 minutes de la fin. Le score ne bouge plus, l'Argentine est qualifiée puisque l'Islande n'a pas réussi l'exploit contre la Croatie (1-2).

Diego Maradona, de la fanfaronnade au malaise

Les caméras étaient braquées sur le fantasque argentin avant, après et pendant la rencontre. Ses réactions, scrutées à chaque fait de match. On l'a d'abord vu danser en tribune avec une femme ou encore en train de brandir un drapeau à son effigie. Il a également multipliés les poses divines. Il a ensuite fait la moue quand l'Argentine était au bord du précipice. Enfin, el Pibe de Oro s'est fendu d'un doigt d'honneur rageur en guise d'exultation lors du but de Marcos Rojo. Après la joie, l'inquiétude, le joueur de légende aurait ensuite fait un malaise en fin de rencontre.

Coupe du monde 2018 : L'Argentine échappe à l'enfer et rejoint la France en huitièmes
© AFP

Coupe du Monde de Football