Kylian Mbappé

Coupe du monde 2018 : La France vient à bout du Pérou et décroche déjà une qualification en huitième

Publié le , modifié le

L'équipe de France est déjà qualifiée pour les huitièmes de finale de la Coupe du monde ! Les hommes de Didier Deschamps sont venus à bout du Pérou sur la plus petite des marges (1-0), grâce à un but de Kylian Mbappé. Le jeune parisien est d'ailleurs devenu le plus jeune buteur de l'équipe de France en compétition internationale. Les Bleus ont aussi pu s'en remettre à un milieu Pogba - Kanté des grands jours et à un match très intelligent d'Olivier Giroud.

Le match : 1-0 (Mbappé 33')

En début de match, le Pérou prend la France à la gorge. Dans les dix premières minutes, les Sud-américains pressent très haut et remportent presque tous leurs duels dans le camp des Bleus. Mais au terme de ces 10 minutes, la France trouve une première faille dans la surface adverse. Griezmann dévisse trop sa frappe. Une minute plus tard, c'est Pogba qui s'exerce de loin. Sa frappe flottante échoue de peu à côté du montant de Gallese

L'équipe de France est lancée mais se fait une petite frayeur sur une frappe de Guerrero, passé devant Umtiti, mais Lloris est présent (30'). Trois minutes plus tard, Pogba récupère le ballon très haut, décale Giroud. La frappe de l'attaquant français est contrée, lobe le gardien péruvien, Mbappé surgit et n'a plus qu'à pousser le ballon au fond des filets (33'). Il devient alors le plus jeune buteur de l'équipe de France en compétition internationale, mais aussi le premier joueur de Ligue 1 (sur les 52 présents) à marquer dans cette Coupe du monde.

En deuxième mi-temps, la France ne tire plus jusqu'à la 81e minute. C'est le Pérou qui domine mais a du mal à trouver la faille. Sa plus grosse occasion est une frappe lointaine d'Aquino, d'inspiration roberto-carlesque. Hugo Lloris est sauvé par son montant (50'). La France subit mais n'est pas vraiment mise en danger. Au milieu, la paire Kanté-Pogba est intraitable. Les Bleus tiennent le coup jusqu'à la fin du match et s'imposent 1-0, suffisant pour prendre seuls la tête du groupe et valider (déjà) leur billet pour les huitièmes.

L'homme du match : Paul Pogba

Critiqué pour sa pog-communication, ses coupes de cheveux étranges et une nonchalance trop récurrente sur le terrain, Paul Pogba a sûrement fait taire une bonne partie de ses détracteurs cet après-midi. Associé dans un milieu à deux avec N'Golo Kanté, le milieu de Manchester United a pris en main le jeu de l'équipe de France. A la mi-temps, il était le joueur ayant touché le plus de ballons (40). Il est surtout le joueur à l'origine de l'ouverture du score grâce à une récupération haute, suivie d'un décalage pour Giroud (33').

A lire aussi : Pogba, la pièce maîtresse 

Quelques secondes plus tôt, il avait trouvé Mbappé grâce à un piqué par dessus la défense. Il avait aussi failli ouvrir le score d'une frappe lointaine à la 11e minute. Défensivement, il a été intraitable dans les airs (4 duels aériens remportés, total le plus élevé du match) et lu les trajectoires des passes péruviennes. Un match réussi sur tous les plans.

Matuidi ailier gauche, un choix payant ?

Les débats s'étaient multipliés ces derniers jours sur les plateaux télé. Deschamps avait décidé de placer le travailleur Matuidi sur un côté pour bloquer un peu mieux le flanc gauche, Ousmane Dembélé n'ayant pas été satisfaisant dans son repli défensif. Le choix avait également pour objectif de contenir les velléités offensives du côté droit péruvien, animé par André Carrillo et Luis Advincula, un latéral droit explosif et offensif. 

Très vite, l'ex-joueur du PSG a multiplié les courses et suivi ses vis-à-vis à la trace. Même si à la mi-temps, il n'a pas réussi le moindre tacle, ni remporté le moindre duel, il est à noter qu'il a poussé André Carrillo à changer de côté au bout de 20 minutes. A la fin du match, les Bleus n'ont pas été pris à défaut. Donc, on ne peut pas dire que le choix de Deschamps est un coup manqué.

Mais, s'il on doit juger la prestation du milieu de la Juventus Turin, on ne peut pas dire qu'il ait fait un bon match. Les Péruviens l'ont clairement identifié comme étant le point faible de l'équipe de France. En deuxième mi-temps, Carrillo est retourné sur son côté initial et a cherché à plusieurs reprises à le pousser à la faute, sachant qu'il avait reçu un carton jaune à la 16e minute. Un deuxième jaune et le match changeait complètement. Heureusement pour Didier Deschamps que cela n'est pas survenu, d'autant qu'il ne l'a jamais sorti même quand la France devait faire face aux vagues péruviennes. 

Coupe du Monde de Football