Les Croates célèbrent leur finale
Les Croates célèbrent leur finale | JORGE MARTINEZ / MEXSPORT / PHOTOSPO / PHOTOSPORT

Coupe du monde 2018 : la Croatie, le meilleur adversaire pour les Bleus ?

Publié le , modifié le

C'est désormais officiel : la finale de la Coupe du monde 2018 opposera la France et la Croatie. Mais l'affiche s'annonce à priori déséquilibrée : la Croatie, qui s'est défait de l'Angleterre mercredi (2-1) a joué 90 minutes de plus que les Bleus et dispose d'un jour de récupération en moins. Mais attention : l'esprit de revanche, vingt ans après la demi-finale de 1998, pourrait bien surpasser toutes les douleurs physiques.

Lors de notre sondage mercredi, l'égalité était parfaite : vous n'avez pas su départager le meilleur adversaire pour les Bleus en finale entre la Croatie et l'Angleterre. Pourtant, après une nouvelle prolongation face à l'Angleterre, la tentation est grande de dire que la Croatie est un des adversaires les plus favorables à jouer pour les Bleus.


A lire également : La Croatie renverse l'Angleterre (2-1) et défiera la France en finale 


Avec trois prolongations (et deux tirs aux buts) sur leurs trois matchs à élimination (Danemark, Russie et donc Angleterre), les hommes de Zlatko Dalic ont joué 90 minutes de plus que les Bleus, soit l'équivalent d'un match supplémentaire ! En jouant mercredi, le lendemain des Bleus, ils bénéficient en outre d'un jour de récupération en moins.

Après plus d'un mois et huit matchs joués en Russie, cela peut forcément avoir son importance. Et les Bleus, qui n'ont jamais joué plus de 90 minutes dans cette campagne, le savent bien : la fraîcheur physique est primordiale.

En éliminant l'Argentine, l'Uruguay et la Belgique dans le temps réglementaire, la France s'est facilité la tâche. Jamais en grande difficulté (pas plus d'un but d'écart), les Bleus sont restés maîtres de leur sujet en permanence (sauf à 2-1 Argentine).


A lire également : Vingt ans après, la Croatie surpasse enfin les "Flamboyants" 


Tout le contraire d'une Croatie courageuse mais souvent débordée et menée au score. Elle a du s'en remettre à Ivan Rakitic par deux fois pour l'emporter aux tirs aux buts, puis à Mario Mandzukic à la 109e minute face à l'Angleterre. Pas un parangon de sérénité. 

Venger le souvenir de 1998

Mais dimanche, en finale, cela aura-t-il encore une valeur ? Est-ce qu'on ne dit pas que c'est dans l'adversité qu'on apprend le plus ? C'est bien possible. A ce titre-là, le Bleus ont du souci à se faire. Jamais inquiétés, ils auront en face d'eux une équipe revenue de l'enfer plusieurs fois.

Une équipe à damier qui aura même une double motivation : venger leurs glorieux aînés, la bande de Davor Suker, éliminée en demi-finale du Mondial 1998 par un doublé de Lilian Thuram. Un scénario improbable que la Croatie aimerait bien reproduire à son avantage, cette fois. 

Avec un Luka Modric toujours aussi fabuleux, les Croates sont pourtant passés de favori à outsider. Une trajectoire inverse de celle des Bleus, montés en puissance tout au long du tournoi."Underdogs" au départ, les Bleus font figure d'épouvantail aujourd'hui tant ils paraissent solides à toutes lignes.

Mais il reste 90 minutes. 90 minutes pour que chaque équipe écrive l'histoire, son histoire. Ajouter une étoile sur le drapeau à damier pour l'un, accoler une deuxième sur le maillot bleu pour l'autre. A coup sûr, il n'y aura ni fatigue, ni favori qui tienne. 

Théo Gicquel @@theoogicquel