Romelu Lukaku et Eden Hazard ont porté la Belgique face à la Tunisie.
Romelu Lukaku et Eden Hazard ont porté la Belgique face à la Tunisie. | ANDRES PINA / PHOTOSPORT / PHOTOSPORT

Coupe du monde 2018 : La Belgique étrille la Tunisie (5-2)

Publié le , modifié le

La Belgique d’Eden Hazard et Romelu Lukaku, auteurs d’un doublé chacun, n’ont pas fait dans la dentelle face à une équipe tunisienne dos au mur après sa défaite face à l’Angleterre lors de la première journée. Les Diables Rouges, vainqueurs 5-2 grâce à un dernier but de Batshuahi en toute fin de match ont déroulé un jeu plein de vitesse et de confiance devant le but adverse pour quasiment entériner leur ticket en huitièmes de finale. Côté tunisien, Bronn et Khazri ont marqué.

Quel match ! Sous les 30 degrés de l’Otkrytie Arena de Moscou, la Belgique et la Tunisie ont offert un spectacle on ne peut plus plaisant en ouverture de cette journée de samedi du Mondial 2018. Prônant un football offensif tout en vitesse d’exécution, les Diables Rouges ont très vite mené deux à zéro, grâce à un penalty transformé par Eden Hazard (5e) puis une réalisation de Romelu Lukaku (16e) pour s'offrir un match où ils n'avaient plus qu'à dérouler leur jeu et mettre la tête sous l'eau des Aigles de Carthage, vaillants mais impuissants face à la formation de Roberto Martinez (5-2) au sein de la rencontre la plus prolifique en buts depuis le début de la compétition. 

La Belgique à 100 à l’heure

La pression est mise d’entrée par les Belges en confisquant le ballon aux Tunisiens pour se projeter vers le but. Et quelle entame de match ! Dès la 5e minute de jeu, Eden Hazard se fait faucher sur la ligne droite de la surface de réparation tunisienne. Penalty. Le joueur de Chelsea, d’un parfait contre-pied, se fait justice lui-même devant Ben Mustapha.

Sans baisser d’intensité, les Diables Rouges continuent de presser haut tout en alternant leurs situations offensives : s’appuyant sur Lukaku en pivot ou en profitant des ailiers pour repiquer vers le centre. Acculés, les Aigles de Carthage n’ont pas mis longtemps à encaisser un deuxième but. Et c’est l’inévitable numéro 9 Romelu Lukaku qui double la mise : parfaitement lancé dans l’axe par son capitaine, le meilleur buteur de l’histoire de la Belgique (37 réalisations en 70 capes, 20 sur ses 16 derniers matches) décoche une frappe du gauche à ras de terre pour glisser la balle dans le petit filet droit du gardien tunisien (16e). Deux buts à zéro alors que la Tunisie, battue 2-1 contre l’Angleterre doit absolument gagner pour garder un espoir de se qualifier pour les premières phases finales de son histoire.

Les Tunisiens ont du répondant

Mais les hommes de Nabil Maaloul ont de la ressource. Contre le cours du jeu, la Tunisie réduit l’écart sur coup de pied arrêté par l’intermédiaire de Dylan Bronn (18e), sur une belle reprise après un excellent coup-franc du Rennais Wahbi Khazri. Mais le joueur de La Gantoise, touché derrière le genou après avoir remis les siens sur le bon chemin, a dû laisser sa place à Hamdi Nagguez.

Le duo Lukaku-Hazard en mode bourreau

Après un attaque-défense qui ne s’arrêtait plus, la vitesse belge allait encore frapper dans le temps additionnel de la première mi-temps. Sur une récupération de Thomas Meunier et après avoir éliminé deux joueurs à l’entrée de la surface, le défenseur du Paris Saint-Germain sert son buteur providentiel pour permettre à Romelu Lukaku d’inscrire son second doublé en autant de match d’un petit piqué du droit et égaler Cristiano Ronaldo en tête du classement des buteurs de la Coupe du monde.

Au retour des vestiaires, bis repetita. Raillés pour leur 3e place au classement Fifa, les Belges montrent qu’ils ne l’ont peut-être pas volé. Lancé en profondeur dans le dos de la défense tunisienne, Eden Hazard entérine la victoire des siens en crochetant le gardien tunisien Ben Mustapha avant de marquer dans le but vide (51e). Quatre à un.

Le travail (bien) fait, le sélectionneur belge Roberto Martinez sort ses buteurs Lukaku et Hazard afin de les préserver pour le choc de jeudi, contre l’Angleterre (20h), certainement pour la première place du groupe. La tête basse, les joueurs tunisiens ont semblé sans solution et ont complètement lâché le reste du match, offrant moult opportunités aux Belges d'aggraver la marque. C'est ce que fit Michy Batshuayi qui, après 3 occasions manquées d'un cheveu, reprenait une volée des 25 mètres à gauche de la surface pour tromper le gardien tunisien pour la 5e fois de la journée (90e) avant que les Aigles de Carthage sauvent l'honneur par l'intermédiaire de Khazri au bout du temps additionnel pour offrir aux spectateurs la rencontre la plus prolifique depuis le début du Mondial. 

Coupe du Monde de Football