Lukaku Hazard Belgique CDM 2018

Coupe du monde 2018 : La Belgique c'est le Brésil

Publié le , modifié le

Décevants à cause d'un manque de tranchant en phase offensive, les Brésiliens n'ont pas impressionné depuis le début du Mondial. Mais où se cache le panache et la fougue du football auriverde ? Finies les années samba, la rigueur défensive prévaut. Et si, finalement, l'équipe la plus brésilienne de la Coupe du monde, ce n'était pas tout simplement la Belgique ?

Pelé et Ronaldo se reconnaissent-ils dans la Seleçao cuvée 2018 ? Sûrement pas. Le jeu produit sous la houlette de Tite s'éloigne de l'image bien connue du football brésilien, gravée par les plus grandes stars auriverde. Le sélectionneur, en place depuis 2016, a préféré chercher un équilibre collectif pour gagner en solidité, quitte à bouder le football-samba. Oui, le jeu brésilien n'est plus aussi flamboyant, en témoignent les difficultés offensives face au Costa Rica (2-0), mais il reste impressionnant et efficace dans ce qu'il cherche à faire.

Bien aidée par un gardien en très grande forme (Alisson), par une charnière centrale Thiago Silva-Miranda bien établie et par l'apport défensif de Casemiro, la Seleçao fait partie des équipes les plus solides défensivement du Mondial. Avec un seul but encaissé, et seulement 5 tirs cadrés subis, c'est peu de dire qu'elle n'a pas été inquiétée depuis le début de la compétition.

La meilleure attaque du Mondial contre la meilleure défense

Alors vous vous demandez pourquoi avoir titré : "La Belgique c'est le Brésil" ? Eh bien, tout simplement parce que d'un point de vue offensif, les Diables Rouges ont plus de traits en commun avec l'animation brésilienne de jadis. Guidés par des leaders techniques tels qu'Eden Hazard, Kevin de Bruyne et Dries Mertens, ils trouvent facilement la faille.

La Belgique est d'ailleurs la meilleure attaque du Mondial avec 12 buts (record national égalé sur une Coupe du monde). C'est 3 réalisations de plus que ses dauphins : l'Angleterre et la Russie (9 buts). Quand le Brésil affiche une moyenne d'1.75 but par match, les Diables Rouges sont à 3 réalisations par rencontre. Sous le 3-4-3 de Roberto Martinez, la Belgique peut exploiter un maximum d'espaces en phase d'attaque placée, mais surtout perforer une défense sur contre-attaque, comme l'a montré le but du 3-2 face au Japon.

Face à la Belgique, le centre de gravité de l’entre-jeu auriverde, Casemiro, ne sera pas présent. La dernière défaillance des milieux de terrain brésiliens avait coûté un fâcheux 7-1 face à l'Allemagne en 2014. La sentinelle du Real Madrid avait apporté ce qu'il manquait au Brésil.

Il sera vraisemblablement suppléé par Fernandinho. A gauche, Tite enregistrera le retour de Marcelo, qui occupera le même couloir où s'affronteront Neymar et Thomas Meunier, son coéquipier au PSG. De son côté, la Belgique pourrait songer à remplacer Mertens par Fellaini, décisif face au Japon, et opter pour un changement de système, quitte à abandonner son 3-4-3.

Si vous ne l'aviez pas encore en tête...

Coupe du Monde de Football