suède

Coupe du monde 2018 : Zoom sur la Suède

Publié le , modifié le

Sans le retraité international Zlatan Ibrahimovic, la Suède retrouve la Coupe du monde, douze ans après sa dernière participation. Nation historique du Mondial, la Suède a bien mérité sa place en écartant l’Italie en barrages. Franchir un groupe G où l’Allemagne fait figure de grande favorite serait déjà synonyme de retour réussi.

► Retrouvez le guide la Coupe du monde 2018

• Ambitions : Une place à prendre derrière l'ogre allemand

Déjà satisfaits de retrouver la Coupe du monde après 12 ans d’absence, les Suédois peuvent ambitionner un 8e de finale, comme en 2006. Si l’Allemagne semble intouchable, la Corée du Sud et le Mexique représentent deux adversaires que les joueurs du sélectionneur Janne Anderson peuvent manoeuvrer. En cas de qualification, les Suédois retrouveraient l’un des membres de l’une des poules les plus indécises, le groupe H (Pologne, Sénégal, Colombie et Japon). 

• Le joueur à suivre : Emil Forsberg

​​​​​​Ailier rapide, polyvalent et adroit devant le but, Emil Forsberg brille avec le RB Leipzig en Bundesliga. Les Bleus se souviennent notamment de lui pour son ouverture du score au stade de France, le 11 novembre 2016, lors du premier match de qualification entre les deux équipes. Meilleur passeur de la Bundesliga en 2016/2017 (19 offrandes), il a connu une dernière saison chaotique tronquée par les blessures, mais la Suède aura besoin de lui si elle veut passer les poules. 

• Parcours

Deuxième du groupe A des qualifications de la zone Euro, derrière la France, les Suédois ont réalisé quelques cartons offensifs contre la Biélorussie (deux fois 4-0) et le Luxembourg (8-0). Ils ont un temps inquiété les Bleus grâce à leur victoire à domicile, 2-1, avant de sombrer en Bulgarie (3-2) et aux Pays-Bas (2-0), dans la dernière ligne droite. Mais en barrages, et notamment grâce à leur capitaine Granqvist, les Blågult ont écoeuré l’Italie (1-0 en Suède, 0-0 en Italie). La Squadra Azzura n’avait plus raté une Coupe du monde depuis 1958, année où la Suède échoua en finale, seulement.
 

• Historique en Coupe du monde : le Brésil, bête noire historique

La Suède s’apprête à disputer sa 12e Coupe du Monde, après 12 ans d’absence. En 2006, les coéquipiers de Zlatan Ibrahimovic ont buté face au pays hôte, l’Allemagne, en 8e de finale. En 1994, aux États-Unis, les Scandinaves retrouvent en demi-finale le futur vainqueur et accessoirement leur bête noire, le Brésil.
Mais comme le Stade de Reims, c’est surtout dans les années 50 que les “Bleus-Jaunes” ont connu leurs heures de gloire. Troisièmes du mondial 1950 au Brésil, malgré une défaite mémorable face à ces mêmes Auriverdes (7-1), les Suédois accueillent la Coupe du monde pour la première fois 8 ans plus tard. 
Vainqueurs tour à tour de l’URSS puis de l’Allemagne de l’Ouest, ils retrouvent les Brésiliens en finale. Mais face au Roi Pelé, la revanche tourne court (5-2). En sept confrontations, la Suède n’a jamais battu le Brésil en Coupe du monde. Même en 1938, ils avaient échoué lors de la petite finale, à Bordeaux (défaite 4-2).

• Le onze type

Coupe du monde 2018 : Zoom sur la Suède
© Kevin Jérault

• Classement FIFA

23e du classement FIFA, la Suède se situe entre l’Islande et les États-Unis. Seule la Corée du Sud (61e) est moins bien classée dans le groupe G où l’Allemagne (1er) et le Mexique (15e) semblent favoris.

• Palmarès 

Finaliste de la Coupe du monde 1958
Troisième de la Coupe du monde 1950

• L’info en plus : la mauvaise blague de Zlatan Ibrahimovic

Peu de spécialistes imaginaient la Suède retrouver la Coupe du monde sans Zlatan Ibrahimovic, retraité international juste après l’Euro 2016. Et pourtant… Alors, il y a quelques semaines, lorsque l’actuel joueur des Los Angeles Galaxy laisse entendre qu’il sera de la Coupe du monde en Russie, les Suédois commencent à y croire. 
"Je vais aller à la Coupe du monde, c'est la seule chose que je peux dire. Si j'en dis plus, des gens vont vouloir me pendre. Je dois faire attention à ce que je dis maintenant", assure t-il à une chaîne américaine. En vérité, l’ancien attaquant du PSG bluffait. Zlatan devrait bien être au Mondial… pour jouer les ambassadeurs de Visa, le partenaire officiel des services de paiement de la FIFA. Mauvaise blague.
 

Kevin Jerault @KJerault