Corentin Tolisso EDF 23032017
Corentin Tolisso | AFP

Corentin Tolisso: Avec les Bleus "on change de monde"

Publié le , modifié le

"On découvre de très grands joueurs" et "on change de monde, quand même", reconnaît le milieu de terrain lyonnais Corentin Tolisso (22 ans), appelé pour la première fois en équipe de France pour les matches contre le Luxembourg samedi et face à l'Espagne mardi.

Avez-vous changé de monde en arrivant en Bleu ?
CT: "C'était un rêve pour moi d'arriver dans ce château (Clairefontaine). Les premiers jours se sont très bien passés. Les entraînements aussi. Tant mieux. La plupart des jeunes qui sont ici étaient en équipe de France Espoirs avec moi, ça facilite l'intégration. On change de monde, quand même. C'est autre chose, on découvre de très grands joueurs qui jouent dans les plus grands championnats. Je n'avais pas forcément côtoyé ce genre de joueurs auparavant".

Avez-vous échangé avec votre coéquipier Alexandre Lacazette (Lyon), qui n'a pas été convoqué ?
CT: "Certes, il était déçu de ne pas être appelé en équipe de France. Mais il était extrêmement content pour moi. Il m'a envoyé un message dès qu'il a su. On a plus parlé de ma sélection que de sa non-sélection. C'est un sujet que je ne voulais pas trop évoqué avec lui".

Vous êtes un joueur polyvalent. Est-ce un atout ou un problème ?
CT: "A l'OL, j'ai pu évoluer à beaucoup de postes. En équipe de France, c'est en tant que numéro 6 ou numéro 8 que j'aimerais me positionner. (...) Si je dis ça, c'est que j'ai pu parler avec le coach (Didier Deschamps). C'est lui qui m'a dit qu'en équipe de France, il aurait besoin de moi en tant que milieu relayeur ou numéro 6".

Dans quel domaine pourriez-vous progresser ?
CT: "Dans la récupération de la balle. Des joueurs (de Lyon) comme Lucas Tousart ou Maxime Gonalons récupèrent énormément de ballons. J'essaye de m'inspirer de ça. Ils ont une qualité pour récupérer la balle pour moi assez impressionnante. En équipe de France aussi, quand on voit ce que fait N'Golo Kanté, c'est impressionnant. Au niveau défensif, j'aimerais m'améliorer".

Qu'est ce qui a été le plus dur pour vous en arrivant? De chanter lors du bizutage ou la conférence de presse ?
CT: "J'avoue que la conférence de presse m'a un peu stressé. Le bizutage aussi. Le bizutage, c'est moins difficile que quand on arrive en club et en sélection et qu'on est tout seul. Là on était cinq à chanter et comme vous l'avez vu, il y a de très bons chanteurs en équipe de France qui sont arrivés. Après, aux entraînements, je reste moi-même, j'essaye de jouer mon jeu. C'est vrai que la conférence de presse, j'appréhendais un peu ça".

AFP