CM 2018 Italie - Espagne Vitolo Romagnoli
L'Espagnol Vitolo face à l'Italien Alessandro Romagnoli | AFP - Giuseppe Cacace

CM 2018 / Qualifications : L'Italie et l'Espagne se neutralisent

Publié le , modifié le

Dans le match-phare de la 2e journée des rencontres éliminatoires du Mondial-2018 l’Italie et l’Espagne ont fait match nul (1-1), jeudi à Turin.

Deux changements sur blessure, Jordi Alba côté espagnol, Ricardo Montolivo côté italien, des duels rugueux et très peu d'occasions: alléchant sur le papier, l'affiche n'a pas vraiment tenu ses promesses. Il a failli tourner à l'avantage de la Roja de Julen Lopetegui. Les Espagnols ont en effet ouvert la marque peu avant l’heure de jeu grâce au Sévillan Vitolo bénéficiant d’un ballon en profondeur, et profitant aussi d’une erreur de Buffon, qui manquait totalement sa sortie au pied.

Le match est devenu ensuite plus accroché, plus haché, avec une grosse occasion de chaque côté. Jusqu’à la 82e minute et une faute de Sergio Ramos sur Eder dans la surface de réparation. L’arbitre désignait le point de pénalty. De Rossi ne manquait pas la possibilité de sauver la situation pour la Squadra Azzura. C’est l’Albanie qui profite de ce partage des points pour prendre la tête du groupe G, à la faveur de sa victoire au Liechtenstein 2-0.

Les Gallois sur leur lancée

Sur la lancée d’un Euro réussi, le Pays de Galles a conforté sa première place du groupe D en allant chercher un match nul en Autriche, chez son principal concurrent (2-2), avec notamment un doublé de l'attaquant autrichien Marko Arnautovic (28e, 48e). La Serbie l’a emporté en Moldavie 3-0 et l'Irlande a battu la Géorgie 1-0.

Dans le groupe I, où toutes les équipes étaient à égalité après la première journée, la Croatie s’est détachée en tête, en s’imposant largement au Kosovo (6-0) avec notamment un triplé de Mario Mandzukic, inscrit, ce qui ne gâche rien, en 29 petites minutes Après ses belles performances européenne, l’Islande a été stoppée dans son élan battu à domicile par la Finlande 2-1.

Réactions :

Koke (milieu de l'Espagne): "Ca a été un match très disputé. On savait qu'on allait devoir mettre beaucoup d'intensité et on a fait une grande première période. En deuxième période, on a marqué mais, ensuite, ils ont joué de façon beaucoup plus directe, ils ont mis plus de poids devant et on a eu plus de mal à maintenir notre possession et à ressortir. Je pense qu'on peut être satisfait, on a pris un point ici en Italie. Mais on est aussi déçu de ne pas avoir pu gagner."

Daniele De Rossi (milieu de l'Italie): "Même le meilleur gardien de l'histoire peut faire des erreurs. Ca n'est pas une machine et ça arrive. Je n'ai pas été surpris par notre réaction, c'est dans notre ADN. On aurait pu gagner. L'état d'esprit à la fin était le bon. La première période a été très difficile. Ils avaient le ballon en permanence mais nous n'avons pas été assez agressifs. Ca a été mieux après la pause."

Christian Grégoire