Argentine, sélection 2013
La sélection argentine | ENRIQUE ZARZA / AFP

Ces pays malchanceux au tirage

Publié le , modifié le

Le tirage des groupes de la Coupe du monde 2014 aura lieu ce soir à Costa de Sauipe au Brésil (17h00). A l’issue de cette loterie, certains pays seront satisfaits de leur sort et d’autres un peu moins. L’occasion de se focaliser sur les maudits du Mondial, toujours "poissards" au moment du brassage des boules.

La Côte d'Ivoire, jamais deux sans trois?

S’il doit y avoir une nation inquiète à quelques heures du tirage, c’est bien la Côte d’Ivoire. Pour la troisième fois consécutive, Drogba et ses partenaires seront au Mondial. Et leurs deux premières participations furent loin d’être des sinécures. En 2006, pour la première Coupe du monde de leur histoire, les Eléphants s’étaient frottés à l’Argentine, au Pays-Bas et à la Serbie-Monténégro. Soit le " groupe de la mort". Quatre ans plus tard en Afrique du Sud, le sort s’était encore acharné sur eux puisqu’ils avaient hérité du Brésil, du Portugal et de la Corée du Nord.

L'Argentine, une poisse tenace

Bourreau des Ivoiriens en 2006 sur le sol allemand, l’Argentine est le pays le plus mal loti dans l’histoire du Mondial. Avant son périple germanique achevé en quart de finale, l’Albiceleste, opposée à la Suède, l’Angleterre et le Nigéria, était sortie dès le 1er tour du Mondial 2002. En 1998, malgré la 1ère place de leur poule, ils avaient croisé l’Angleterre en 8e avant de tomber contre les Pays-Bas. Deux épouvantails de la compétition. Pour illustrer cette malchance chronique, le Mondial 90 est le meilleur exemple. Sortis meilleurs troisièmes (à l’époque, il n’y avait que 6 groupes donc les 4 meilleurs 3e jouaient les 8e de finale) d’une poule où figurait Cameroun, Roumanie et URSS, les Argentins avaient dû affronter le Brésil, la Yougoslavie puis l’Italie pour se frayer un chemin en finale où la RFA était trop forte…

Deux éditions plus tôt, lorsque la Coupe du monde se jouait en deux tours avant les demi-finales, les doubles champions du monde terminaient 2nd du tour inaugural et croisaient ensuite avec l’Italie et le Brésil. Dans la même situation, la France affrontait Autriche et Irlande du Nord… Même sur leurs terres en 1978, le tirage au sort n’a pas aidé les Argentins puisqu’ils ont dû se défaire des Italiens, des Français et des Hongrois pour accéder au 2nd tour. Cette "malédiction" connaît ses prémices lors du Mondial 1974. Dans sa poule inaugurale, l’Argentine avait croisé le fer avec la Pologne et l’Italie pour hériter ensuite du Brésil, des Pays-Bas et de la RDA. Si Leo Messi veut remettre sa sélection sur le toit du monde, espérons pour lui que le sort soit plus clément.

50/50 pour le Chili

Autre pays d’Amérique du Sud poursuivi par la "guigne", le Chili. En huit participations, les Rouge et Blanc ont été mal servis à quatre reprises. Lors du dernier opus où Espagne, Suisse et Honduras leur disputaient les deux strapontins pour la phase finale. Absents des deux précédentes éditions, les compatriotes des formidables Zamorano et autre Salas, avaient déjà tiré l’Italie, l’Autriche et le Cameroun en 1998. Vingt-quatre ans plus tôt, la RFA et la RDA étaient aussi bien trop forts quand huit années auparavant l’URSS, l’Italie et la Corée du Nord illustraient la malchance des Sud-Américains au tirage au sort.

La Suisse monte la garde

Aux côtés du "Jaguar" d’Amérique Latine à l’occasion de la phase de poules du Mondial 2010, la Suisse fait partie du club des infortunés. En sept Coupe du monde, les Helvètes en ont connu cinq particulièrement ardues. En Afrique du Sud il y a trois ans, aux Etats-Unis en 1994 (Roumanie, Etats-Unis, Colombie), en Angleterre en 1966 (RFA Argentine, Espagne), au Chili en 1962 (RFA, Chili, Italie) et en 1954 à domicile où ils s’étaient sortis d’une poule composée de l’Angleterre, l’Italie et la Belgique pour échouer en quart de finale.

Le Nigéria espère un "nouveau 2010"

Epargné en 2010 mais dernier de son groupe au final, le Nigéria a tordu le coup au chat noir qui le poursuivait. En 2002, pour leur troisième Mondial consécutif, les Super Eagles avaient joué de malchance en partageant la compagnie de la Suède, l’Angleterre et l’Argentine. En France, à la Coupe du monde précédente, le Paraguay, l’Espagne et la Bulgarie représentaient également de gros morceaux. Avec leur génération dorée de 1994, les Bulgares s’étaient déjà opposés aux triples champions d’Afrique quatre années auparavant, tout comme l’Argentine et la Grèce.

La Suède, un chat noir absent

Non présente au Brésil car éliminée par le Portugal en barrages, la Suède n’a fait que perpétuer sa coutume de mal lotie de la compétition mondiale. En 1978, elle ne pouvait rien face à l’Autriche, le Brésil ou l’Espagne. En revanche, malgré une poule relevée (Brésil, Russie, Cameroun), les Scandinaves tiraient leur épingle du jeu en 1994 pour décrocher la 3e place. Huit ans plus tard, le bronze n’était pas au rendez-vous. Mais à l’encontre des pronostics, les Nordiques s’extirpaient d’un groupe Angleterre, Argentine, Nigéria aux dépens de l’Albiceleste.

Jerome Carrere