Ça s'est passé un 29 juin 1958 : Le Roi Pelé et le Brésil remportent leur toute première Coupe du monde

Publié le , modifié le

Auteur·e : Paul Giffard
Pelé
Pelé en larmes dans les bras du gardien Gilmar Dos Santos Neves au côté de Didi. | NTB SCANPIX MAG / NTB SCANPIX VIA AFP

Après avoir subi le drame du Maracana huit ans plus tôt, le Brésil devient champion du monde pour la première fois de son histoire en 1958, en Suède. Au-delà du sacre, le monde entier découvre un jeune prodige qui émerveille la compétition. Du haut de ses 17 ans, Pelé met le monde à ses pieds et offre la Coupe à tout un peuple. Pourtant, il a bien failli ne pas être au rendez-vous. Ça s'est passé un 29 juin.

Couronné, le Roi s'effondre, en larmes sur la pelouse du Rasunda Stadion. A 17 ans, après un coup du chapeau contre la France en demi-finale, puis un doublé en finale, Pelé vient d'offrir au Brésil son premier titre de champion du monde. L'émotion est immense. Le choc est mondial pour cette première couronne d'une star et d'une nation qui vont marquer l'histoire du football.

La première d'une longue série. Véritables bâtisseurs de la sélection du Brésil, les hommes de Vincente Feola offrent au pays sud-américain sa toute première Coupe du monde en 1958. Il aura fallu six éditions pour que la Seleção soit sur le toit du monde. Elle en remportera quatre sur les 11 suivantes. En Suède, rien ne laisse présager un tel succès, et encore moins une aura autour de cette équipe devenue légendaire par son destin. 

La naissance d'un Roi

Dans cette finale, Pelé va se distinguer dans le second acte. À la 55e minute, il crée un geste connu de tous : le coup du sombrero. "Le ballon m’est revenu, j’ai contrôlé de la poitrine et mon défenseur a crû que j’allais tirer", confie le prodige. "J’ai avancé mon pied et je lui ai fait le coup du sombrero. C’est une chose à laquelle les Européens n’étaient pas habitués. En général, ils se jetaient sur leur adversaire parce que tout le monde frappait en première intention. Sans attendre que le ballon rebondisse par terre, j’ai frappé et marqué.

Dans le temps additionnel, le célèbre numéro 10 s'envole dans le ciel de Stockholm et lobe Kalle Svensson, le gardien adverse. Score final 5-2 mais les yeux sont rivés sur le joueur qui a inscrit un doublé lors de cette rencontre, portant son total à six buts dans la compétition. Une performance qui forcera l'admiration. "Après le cinquième but, je ne voulais plus marquer Pelé ; j'avais envie de l'applaudir", avouera le milieu de terrain suédois, Sigge Parling.

Submergé par l'émotion, le petit Pelé est en pleurs au coup de sifflet final. "J'ai tout de suite pensé à ma famille" a-t-il écrit dans son autobiographie. L'homme, qui avait seulement 9 ans lors de la désillusion du Maracana, a été le grand artisan du titre de champion du monde. "J'ai vu mon père pleurer à nouveau... de bonheur, cette fois." Derrière les larmes, le sourire pour des millions de Brésiliens. Une sorte de revanche sur ce qu'il s'était passé huit ans plus tôt contre l'Uruguay alors que les Auriverde étaient à une poignée de minutes du titre suprême.

De gauche à droite, Djalma Santos, Zagallo, Pele et Zito se voient remettre le trophée par Jules Rimet.
De gauche à droite, Djalma Santos, Zagallo, Pele et Zito se voient remettre le trophée par Jules Rimet. © FILE / ESTADAO CONTEUDO / AGÊNCIA ESTADO VIA AFP

Pelé et Garrincha auraient pu louper le mondial

A l'époque, il fallait trouver un coupable à tous ces échecs. Très vite, les Noirs sont accusés et pointés du doigt par une grande majorité de la population. Seuls les meilleurs joueurs de couleur jouent, dont Didi - considéré comme l'élite du football mondial - qui ne va pas hésiter à faire face avec les institutions brésiliennes pour enrayer le racisme, très fort à l'époque. Il fait comprendre que sans Pelé et Garrincha, la Seleção ne sera pas championne du monde en 1958. Le premier était jugé comme un jeune immature et manquant de combativité, et le second, avec un QI est considéré comme insuffisant pour résister à la pression d'une grande compétition. 

Il s'en est fallu de peu pour que deux des plus grands génies du football ne figurent pas parmi les sélectionnés brésiliens. Mais pour le plaisir du beau jeu, l'histoire fut toute autre. Jongleurs, dribbleurs, inventeurs, les joueurs qui composent cette équipe ont une autre vision du football qui va s'avérer payante. Un rapport au ballon bien différent que le reste du monde. 

Pelé et Garrincha, deux icônes du football auriverde.
Pelé et Garrincha, deux icônes du football auriverde. © Getty Images

Plus jeune joueur à avoir gagné une Coupe du monde

En demi-finale du mondial, les coéquipiers du portier Gilmar font face à la meilleure attaque du tournoi, la France, emmené par l'inusable Just Fontaine, qui marquera 13 buts dans la compétition, un record jamais égalé. Alors que le score n'est que de 1-1 en première période, Robert Jonquet subit une double fracture du péroné après un choc avec Vava. Les changements ne sont pas autorisés à l'époque et les Tricolores sont contraints de rester à 10. Un énorme désavantage qui va profiter à un gamin de 17 ans. Le jeune Pelé s'illustre par un triplé et sa nation s'impose 5-2 et affrontera en finale la Suède.

Une affiche prestigieuse qui oppose les deux meilleurs pays du moment. Le pays hôte peut compter sur les 50 000 spectateurs qui ont fait le déplacement dans la capitale. Un engouement qui va emballer la rencontre dès les premières minutes. L'attaquant de l'AC Milan, Nils Liedholm ouvre le score et les Brésiliens vont mettre 30 minutes pour renverser la vapeur. Grâce à deux débordements côté droit, Garrincha trouve Vava à deux reprises et les Auriverde ne vont pas laisser le match leur filer entre les doigts. Le Roi Pelé fait son entrée dans le Panthéon du football en étant le plus jeune joueur à avoir gagné une Coupe du monde. 

à voir aussi Ça s'est passé un 21 juin 1970 : Le triomphe du roi Pelé en finale de Coupe du Monde au Mexique Ça s'est passé un 21 juin 1970 : Le triomphe du roi Pelé en finale de Coupe du Monde au Mexique
Paul Giffard paul_gfrd

Coupe du Monde de Football