Benzema et Ribéry
Benzema et Ribéry | AFP

Bleus: Evra, Clichy et Benzema ont déçu

Publié le , modifié le

L’équipe de France de Didier Deschamps possède une colonne vertébrale. Lloris, Koscielny, Matuidi, Valbuena et Ribéry (la star de l'équipe avec 14 buts en 76 sélections) ont répondu aux attentes même si le portier tricolore est passé à côté mardi. Ils forment clairement l’épine dorsale des Bleus. Ce qui veut dire qu’il reste une bonne moitié de l’équipe à trouver d’ici aux barrages de novembre.

Certains joueurs sont en ballotage favorable : Pogba, Nasri ou Giroud. D’autres ont perdu des points cet été: Evra, Clichy, Guilavogui, Payet et Benzema, et à un degré moindre Sagna, Abidal et Moussa Sissoko. A qui cela peut-il profiter ? Petit tour d’horizon des possibilités et des tendances du moment.

Les gardiens

Lloris (50 sélections) reste pour l’instant indiscutable eu égard à ses états de service, malgré son match totalement raté à Gomel. Le portier de Tottenham a sauvé tellement de fois les Bleus qu’il a le droit de se louper une fois. Si cela se reproduisait, Mandanda (OM, 16 sélections) serait un recours évident.

Les latéraux

Ni Evra (50 sélections), ni Clichy (19 sélections), n’ont convaincu à gauche. Placements approximatifs, montées désinvoltes, timidité offensive et centres toujours ratés, les deux joueurs de Manchester (United et City) ont manqué par-dessus tout d’agressivité, ce qu’on demande en premier à un joueur de couloir. Les solutions pour les remplacer ne sont malheureusement pas légions : Mathieu (Valence, 3 sélections) a déçu, Trémoulinas (Dynamo Kiev, 2 sélections) semble léger même s’il mériterait peut-être d’avoir une vraie chance, et Abidal, l’ancien taulier du poste, souhaite évoluer en défense centrale. Quant à Lucas Digne, fraichement transféré de Lille, il fait banquette au PSG.

A droite, ce n’est guère mieux. Sagna (Arsenal, 37 sélections) ne s’est pas montré exceptionnel sur ces deux rencontres de septembre, loin s’en faut. Mais qui pourrait réellement prétendre à ce poste ? Mathieu Debuchy (14 sélections) n’a pas retrouvé à Newcastle son niveau du LOSC. Rod Fanni (OM, 5 sélections) peut peut-être dépanner. Il est solide et mériterait une nouvelle chance. Sébastien Corchia (Sochaux) et François Clerc (Saint-Etienne, 13 sélections) sont assez loin.

La défense centrale

Si Laurent Koscielny (Arsenal, 13 sélections) semble avoir gagné sa place de titulaire dans l’axe, il reste une grosse incertitude sur le joueur qui sera aligné à ses côtés pour les matches décisifs de l’automne. Eric Abidal (Monaco, 63 sélections) n’a pas franchement convaincu depuis son retour même si son expérience reste utile. Les autres postulants se nomment : Mangala (Porto, 1 sélection), Rami (Valence, 26 sélections) et surtout Varane (Real Madrid, 2 sélections). Mexès (AC Milan, 29 sélections) et Kaboul (Tottenham, 5 sélections) sont des recours improbables.

Les milieux

Si Matuidi (PSG, 15 sélections) est un titulaire indiscutable pour Didier Deschamps, et si le sélectionneur apprécie Pogba (Juventus, 3 sélections) et Valbuena (OM, 26 sélections), d’autres espèrent encore gagner leurs galons pour les barrages de novembre : c’est le cas de Cabaye (23 sélections), ancien taulier qui revient de blessure à Newcastle, de Kondogbia (Monaco, 1 sélection) ou de Gonalons (Lyon, 6 sélections). Guilavogui (Atletico Madrid, 5 sélections) et Moussa Sissoko (Newcastle, 11 sélections) peuvent être utiles en cas de blessures ou de suspensions. Mais le cas le plus intéressant est celui de Nasri (38 sélections). Le milieu de Manchester City n’est pas un titulaire indiscutable dans son club et il sort d’une année compliquée dont le point de départ fût son Euro 2012 raté avec les Bleus. Ses bonnes entrées en jeu en Géorgie et en Biélorussie ont offert des solutions techniques à une équipe de France qui en a bien besoin. Et comme il semble s’être acheté une conduite…

L’attaque

C’est un fait. Les Bleus ont mieux joué sans Benzema (Real, 61 sélections, 15 buts), et ce n’est pas nouveau. Giroud (Arsenal, 22 sélections, 3 buts) n’a certes pas marqué lors de ces deux matches, mais le Gunner est impliqué sur trois des quatre buts de mardi. Il sert de point d’ancrage avec ses déviations de la tête, et il a créé des brèches dans la défense biélorusse et s’est montré très actif et volontaire, une attitude qui contrastait avec la nonchalance de Benzema. Il mérite de poursuivre même s’il n’est pas le grand attaquant que la France attend depuis Papin ou le duo Henry-Trézéguet. Son occasion ratée en Géorgie (tête sur le gardien dans les ultimes minutes du match) le prouve. André-Pierre Gignac (OM, 17 sélections, 4 buts) peut servir de joker. Aliadière n’a jamais été appelé alors qu’il sort d’une très belle saison avec Lorient. Gameiro (Séville, 8 sélections, un but) et Rémy (Newcastle, 18 sélections, 4 buts) sont assez loin. Griezmann (Real Sociedad), suspendu jusqu’à la fin de l’année civile 2013, sera peut-être la bonne surprise de la liste pour le Mondial 2014. Si l’équipe de France se qualifie, bien sûr…