Blanc intronisé

Publié le , modifié le

Dans une ambiance relativement tendue, Laurent Blanc a été officiellement nommé sélectionneur de l'équipe de France de football, à l'issue du conseil fédéral. A 44 ans, "le Président" succède au très décrié Raymond Domenech. Ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux qu'il a menés jusqu'au titre l'an passé, Laurent Blanc va avoir du pain sur la planche... L'engagement porte sur deux ans.

"Nous avons officialisé la prise de fonctions de Laurent Blanc et de son adjoint Jean-Louis Gasset à partir d'aujourd'hui", a sobrement indiqué le président démissionnaire de la Fédération, Jean-Pierre Escalettes, pour l'une de ses dernières interventions sur la scène médiatique. La venue de Blanc, déjà officieusement annoncée avant-même la Coupe du monde et tout ce qui s'en est suivi, intervient dans un climat de tension, où le milieu du football professionnel tente de prendre le pouvoir au sein de la Fédération française de football, jusque-là présidée par le monde amateurs.

"C'est la bonne nouvelle de la matinée, la Fédération française de football  et l'équipe de France continuent, avec Laurent Blanc, qui aura un projet sportif  extrêmement pugnace avec comme volonté 'la gagne' pour remettre l'équipe de France sur les rails au point de vue sportif et moral", a déclaré M. Escalettes.

Au contraire de son prédécesseur, Blanc semble faire l'unanimité. Son passé de footballeur plaide pour lui, avec notamment un titre de champion du monde (1998) et un titre de champion d'Europe (2000). De ses débuts à Montpellier en 1983, à sa retraite sportive en 2003, Blanc aura porté les couleurs de neuf clubs différents (Montpellier, Naples, Nîmes, Saint-Etienne, Auxerre, FC Barcelone, Marseille, Inter et Manchester Utd), et joué dans quatre championnats différents (France, Italie, Espagne et Angleterre). Il a porté à 97 reprises le maillot tricolore, et l'une de ses premières missions -si ce n'est la principale- sera de redorer le blason de l'équipe de France. La campagne des Bleus en Afrique du Sud a laissé quelques traces sur le maillot bleu, et la présence d'une personnalité telle que Blanc, est une aubaine pour le football français.

D'un point de vue purement sportif, Blanc devra composer une équipe capable de se sortir des éliminatoires de l'Euro 2012, qui débutent en septembre. Pour décrocher leur billet pour cette compétition organisée conjointement par la Pologne et l'Ukraine, les Bleus devront batailler avec la Roumanie, la Bosnie, le Bélarus, l'Albanie et le Luxembourg. Des équipes théoriquement à la portée d'une équipe de France, même en reconstruction...

Romain Bonte