Equipe de France Gourcuff Yoann bus avec "rêve bleu" 06 2010
Yoann Gourcuff devrait être l'une des pierres angulaires de la future équipe de France | AFP - Patrick Hertzog

Blanc avec quels Bleus ?

Publié le , modifié le

Le fiasco sportif et la catastrophe humaine de la Coupe du monde vont pousser Laurent Blanc, futur sélectionneur de l'équipe de France, à changer beaucoup de choses. Redorer l'image de l'équipe de France sera à ce prix. Entre mauvais comportements, mauvaises performances, et âge trop avancé, certains Bleus ont du souci à se faire. Mais qui pour les remplacer ? Revue des possibilités à un mois et demi du premier match amical contre la Norvège.

Faire table rase du passé. Sans détruire le peu de certitudes qui restent. Voilà le chantier qui attend Laurent Blanc en vue des qualifications pour l'Euro-2012. Resté silencieux, le technicien a assisté à la descente en flamme d'une équipe de France dont il va devenir le chef. La catastrophe sportive mais plus encore le désastre moral de cette Coupe du monde vont le condamner à faire la révolution. Si l'on se fie aux trois années passées à Bordeaux, ses principes sont assez simples: une équipe qui veut gagner doit avoir le ballon, doit savoir adapter sa tactique en cours de match, doit compter sur des joueurs techniques, à l'impact physique important, qui respectent les consignes. Une fois dit, il faut le mettre en place avec les hommes. Et en équipe nationale plus qu'ailleurs, l'expérience ne s'achète pas, et le mélange des générations est crucial.

Et pour parler de la "génération Blanc", il convient d'abord de connaître l'étendue du ménage. Certains ont de très grandes chances d'avoir disputé leur dernier match en Bleu en Afrique du Sud. D'autres ne sont sûrs de rien. Une chose est certaine: Laurent Blanc devra imposer des règles de jeu et de vie qu'aucun ne pourra transgresser. Après avoir vu sévir des entraîneurs de poigne et de renom en Italie, Espagne, Angleterre ou France, le Cévenol est connu pour être à l'écoute, mais aussi pour savoir ce qu'il veut. Mais contrairement à ses débuts d'entraîneur à Bordeaux, il ne pourra plus façonner un groupe tout au long des semaines. En Bleu, il faut être bon, tout de suite, et trouver les automatismes, rapidement. Sans avoir le temps de huiler le collectif. Et si certains cadres tentent encore de parler d'un collectif uni, la réalité doit être plus noire. Une situation qui ne peut perdurer. Revue d'effectif en vue du lifting en profondeur.

Les sorties de route
William Gallas, peu performant, refusant de parler à la presse, faisant même un doigt d'honneur à un journaliste, annoncé partant d'Arsenal pour on ne sait où, et surtout âgé de 32 ans, paraît plus que jamais sur le chemin de la sortie. Sidney Govou, avec un an de moins et moins de frasques en Bleu, possède le même profil. Thierry Henry, bientôt 32 ans, qui a avoué s'être "senti mis à l'écart" du groupe durant le Mondial, a également peu de chances d'ajouter une sélection à son record de 124. Après la retentissante affaire autour de ses propos, Nicolas Anelka (31 ans) a certainement fait une croix sur les Bleus dans les prochains mois. Son image est trop brouillée. Et après, son âge devient problématique quand on veut reconstruire un édifice pour l'avenir.

Sur la voie de garage
Leurs performances n'ont pas été à la hauteur de leur réputation (comme la quasi-totalité des joueurs), encore moins de leurs exigences. Mais en plus, ils ont désormais l'image de meneurs de la fronde pour une grève de l'entraînement qui a choqué tout le monde, surtout dans le milieu du football. Franck Ribéry (27 ans), Patrice Evra (29 ans), Eric Abidal (30 ans) sont sur la brèche. Leur présence dans le groupe France dépendra d'abord de leur capacité à rentrer dans le rang, et de la concurrence qui leur sera opposée. Si les deux premiers peuvent encore rêver d'un maintien (surtout le Munichois), le troisième voit sa situation beaucoup plus précaire du fait qu'il jouait jusque-là à gauche en club et dans l'axe en équipe de France. Et les pénaltys concédés à l'Euro contre l'Italie et au Mondial contre le Mexique ne plaident pas en sa faveur. 

Les révisions
Après avoir plus ou moins de temps de jeu durant l'épreuve mondiale mais également avant, Djibril Cissé, André-Pierre Gignac, Sébastien Squillaci, Matthieu Valbuena, Anthony Réveillère, Marc Planus, ou encore Gaël Clichy ne peuvent être considérés comme des cadres. C'était le cas de Lassana Diarra avant qu'il ne quitte le groupe à Tignes. Auront-ils une nouvelle chance de prouver leurs valeurs ?

Les bases du moteur
Malgré l'échec, quelques certitudes demeurent dans ce groupe. Hugo Lloris (24 ans), Steve Mandanda (25 ans), Jérémy Toulalan (27 ans), Abou Diaby (24 ans), Florent Malouda (30 ans), Alou Diarra (29 ans) et Bakari Sagna (27 ans) sont à coup sûr les fondations de la nouvelle génération, dont le chef de file sera sans nul doute Yoann Gourcuff, même s'il ratera le prochain match en raison de son carton rouge contre l'Afrique du Sud. Repêché sur le banc de l'AC Milan, le milieu de terrain de Bordeaux jouit d'une côte énorme auprès de Laurent Blanc. Son aisance technique et sa vision du jeu devraient faire de lui le dépositaire du jeu tricolore, sans que quiconque ne puisse remettre en cause ce statut, hormis le sélectionneur lui-même. Les mécontents devraient en être quitte pour aller voir ailleurs.

Les nouvelles pièces
Imposer de la puissance, de la technique, retrouver une solidité sur les coups de pied arrêtés (marque de fabrique de Bordeaux version Blanc) et de la mobilité dans le jeu, tels seront les axes de travail des nouveaux Bleus. Avec des joueurs qui seront forcément la base pour aller jusqu'à l'Euro-2012, et plus encore jusqu'au Mondial-2014 au Brésil. Privés de Mondial, Samir Nasri (23 ans, Arsenal), Karim Benzema (22 ans, Real Madrid) devraient assurément revenir en Bleu pour renforcer l'attaque, Jérémy Menez (23 ans, AS Roma) pouvant tirer son épingle du jeu à condition de contenir son côté soliste. A côté d'eux, Mickaël Ciani (26 ans, Bordeaux) pourrait venir renforcer un axe de la défense qui pourrait être profondément remanié. Idem pour les Lillois Adil Rami (25 ans) et Rio Mavuba (26 ans), le Marseillais Benoït Cheyrou (29 ans), le néo-Lyonnais Jimmy Briand (25 ans) et son coéquipier Aly Cissokho (23 ans) et le Toulousain Moussa Sissoko (21 ans). Annoncé par beaucoup en équipe de France, Benoît Trémoulinas (25 ans, Bordeaux) pourrait enfin l'intégrer pour occuper un couloir gauche très concurrentiel, tout comme Mamadou Sakho (20 ans, PSG) s'il trouve la constance. En milieu de terrain, Yohan Cabaye (24 ans, Lille), Yann M'vila (20 ans, Rennes) et Karim Ait-Fana (21 ans, Montpellier) pourraient voir leur saison passée récompensée. En attaque, Kevin Gameiro (23 ans, Lorient) et Guillaume Hoarau (26 ans, PSG) pourraient incarner le changement de génération.