Ronaldo et Ibrahimovic
Cristiano Ronaldo et Zlatan Ibrahimovic | AFP - JONAS EKSTROMER

Barrages: Le Portugal jouera la Suède

Publié le , modifié le

Le Portugal affrontera la Suède en barrages pour accéder au Mondial 2014 au Brésil. Si la France a été évitée, le Portugal sera en danger face à la Suède de Zlatan Ibrahimovic qu'elle accueillera le 15 avant de se déplacer le 19 novembre prochain. L'attaquant du PSG livrera un duel à distance avec Cristiano Ronaldo. Une des plus grandes stars du football Brésil ne verra pas le Brésil l'été prochain.

"La seule sélection contre laquelle je n'aimerais pas jouer, c'est la France, pour des raisons diverses. Mais je ne peux pas en parler". Cristiano Ronaldo avait peur d'affronter l'équipe de France en barrages. Son souhait a été exaucé et il ne pourra invoquer quelconque "intérêt" si le Portugal ne participe pas au Mondial au Brésil l'été prochain. Encore que. En réservant la Suède à la sélection portugaise, le sort n'a pas été forcément plus clément pour la star du Real Madrid qui va devoir être en grande forme pour emmener son équipe au Brésil. Car en face, l'équipe de Zlatan Ibrahimovic était sans doute le deuxième pire tirage pour les hommes de Paulo Bento. Bien qu'habitué des barrages (le Portugal avait du y passer en 2009 et 2011 avant d'aller au Mondial sud-africain et à l'Euro), le Portugal pourra pester contre un tirage au sort qui lui promet des sueurs froides.

Ronaldo vs Ibra

Les regards seront tournés vers CR7, l'homme qui porte la sélection depuis des années et son éclosion à l'Euro 2004. Ronaldo, on s'en souvient, avait tiré le Portugal d'un mauvais pas en 2011 lors du barrage retour contre la Bosnie. Après un match aller s'était conclu par un 0-0, le match retour n'avait été qu'une formalité pour le Portugal, qui dans le sillage d'un CR7 héroïque, auteur d'un triplé, s'était imposé 6-2. Largement suffisant pour valider son billet pour l'Euro polono-ukranien. Dans sa course au Ballon d'Or, Ronaldo a là une vitrine parfaite pour à nouveau briller. Portée sur l'offensive, son équipe est celle qui a le plus tiré lors de ces éliminatoires (22,2 tirs par match) et celle qui possède le meilleur passeur des éliminatoires, Joao Moutinho (8 passes). Quatorzième au classement FIFA, elle devra jouer avec ces atouts non négligeables au moment d'accueillir une équipe qui a inscrit 7 buts à l'Allemagne en deux rencontres lors des éliminatoires (un nul 4-4 avec ce retourné inoubliable de Zlatan Ibrahimovic et une défaite 5-3, sans Ibra).

Un Zlatan qui a d'ailleurs tout de suite voulu mettre la pression sur le Portugal. "Le Portugal est favori, mais ça va être deux matches fantastiques! Nous jouons une bonne équipe avec beaucoup de bons joueurs", a écrit l'attaquant sur son application pour mobiles, Zlatan Unplugged. "Les matches de barrages sont comme deux finales: c'est complètement autre chose que les matches de groupe", a-t-il poursuivi. "Je pense qu'on doit réduire nos erreurs. L'équipe qui en fera le plus sera celle qui manquera la Coupe du monde", a-t-il ajouté. En plus de partagé le même ego, les deux joueurs ont des statistiques similaires en sélection puisque Ibra totalise 45 buts en 101 sélections quand Ronaldo en est à 43 en 107 rencontres internationales.

Collectif contre expérience

Le vécu du Portugal doit lui servir face à une équipe de Suède, 25e au classement FIFA, qui n'est pas sorti des poules lors du dernier Euro. Les hommes de Paulo Bento, eux, avaient atteint le dernier carré ne perdant qu'aux tirs au but face au futur vainqueur l'Espagne. "Nous allons jouer deux rencontres assez compliquées, deux matches assez équilibrés. Bien qu'ayant l'un des meilleurs attaquants au monde,  la valeur de l'équipe (de Suède) vaut pour son collectif", a déclaré Paulo Bento. Si Zlatan reste une menace permanente, la Suède sera dure à bouger et ce n'est pas la meilleure possession de balle des 8 barragistes (65,3%) qui va rassurer le sélectionneur. "Elle s'est classée deuxième dans un groupe qui comptait un grand européen et l'un des candidats aux victoires finales des grandes compétitions, qui était l'Allemagne", a-t-il précisé. Un match qui vaudra cher donc, mais qui ne lui fait pas peur car "indépendamment de l'adversaire, nous jouerons ces deux rencontres avec l'objectif d'être présents au Mondial", a-t-il conclu. En Suède, on doit se dire la même chose.

Vidéo : Le tirage au sort