Avec Kylian Mbappé, Didier Deschamps joue la montre

Avec Kylian Mbappé, Didier Deschamps joue la montre

Publié le , modifié le

Au centre de tous les débats cette semaine, Kylian Mbappé devrait bien être titulaire sur le flanc droit de l'attaque française ce samedi à Sofia face à la Bulgarie. Didier Deschamps pourrait même aligner un 4-3-3 que l’on n'a plus vu depuis le premier tour de l’Euro afin de mettre sa jeune pépite dans les meilleures conditions. Une solution à court terme avant un basculement programmé sur le front de l'attaque Bleue.

Il semble en avance sur son temps, réalise depuis moins d’un an un début de carrière hors-norme et s’est imposé sans trembler dans un PSG aux ambitions plus qu’assumées malgré le poids de son futur transfert estimé à 180M€. Kylian Mbappé n’en finit plus d’attirer les louanges et à seulement 18 ans, il semble déjà trop tard pour que le sélectionneur puisse s’en passer. Si bien qu’au-delà de l’enjeu primordial que représente ce déplacement périlleux en Bulgarie, à savoir la qualification pour la prochaine Coupe du Monde en Russie, toute cette semaine a été le théâtre d’un débat qui divise les 66 millions de sélectionneurs que compte le pays : Mbappé doit-il être titulaire face à la Bulgarie ? Alors que Moussa Sissoko, de retour dans le groupe France, postulait à une place de titulaire à droite du 4-4-2 de Didier Deschamps, c’est finalement bien l’ancien monégasque qui devrait démarrer la rencontre ce soir et animer le flanc droit en Bulgarie. Un match que les Bleus pourraient bien débuter dans un 4-3-3 que l’on n'a plus vu depuis plus d’un an.

Si le sélectionneur a brouillé les pistes lors du dernier entraînement à huis-clos vendredi soir, plusieurs médias annoncent la possibilité d’un retour au 4-3-3 ce soir avec un trio d’attaque composé d’Antoine Griezmann, d’Alexandre Lacazette et de Kylian Mbappé. Habituellement pragmatique et plutôt conservateur, le sélectionneur pourrait donc abandonner le 4-2-3-1 utilisé depuis le 8e de finale de l’Euro 2016 face à l’Irlande à l’aube d’un rendez-vous crucial pour les Bleus. Risqué certes, mais pas forcément dénué de sens. Car le 4-2-3-1 permettait alors d’utiliser Antoine Griezmann à son poste de prédilection, à une époque où le Français marchait sur l’eau. S’il reste aujourd’hui le fer de lance de l’attaque Bleue malgré une année 2017 plus que moyenne en Bleus comme à l'Atletico Madrid, la donne a quelque peu changé depuis l’éclosion de Kylian Mbappé.

Car après une demi-saison de haute volée avec Monaco l’an passé, Kylian Mbappé n’a pas baissé le rythme depuis son arrivée au Paris Saint-Germain fin août. Adopté par le vestiaire et déjà décisif (trois buts et trois passes décisives en six matches), le natif de Bondy enchaîne les cassages de reins en Ligue 1 comme en Ligue des Champions et accumule les prestations majuscules. A l’image du match face au Bayern Munich où s’il n’a pas marqué, Mbappé a une nouvelle fois étalé sa classe à l’Europe du football, lui valant les louanges de nombreux observateurs du football à travers le vieux continent. Des performances qui font du joueur de 18 ans l’attaquant français le plus performant en ce début de saison. Difficile alors pour Didier Deschamps de trouver une raison de se priver de Mbappé pour débuter face à la Bulgarie.

Le passage au 4-3-3 irait dans ce sens, afin de mettre l’attaquant parisien dans les meilleures dispositions, lui qui a avoué cette semaine se sentir plus à l’aise dans ce schéma tactique. "Jouer dans un 4-3-3 (comme au PSG) ou dans un 4-2-3-1 (comme chez les Bleus), c’est complètement différent. Dans un 4-2-3-1, il y a moins de libertés, plus de replis défensifs, plus de discipline tactique. A moi de m’adapter", avait confié Mbappé en conférence de presse.

Prétendant natur​el à l'axe

Ce dernier ne pourrait finalement pas avoir besoin d’adaptation. Si l’hypothèse du 4-3-3 se confirme, Didier Deschamps fera taire un moment les critiques des pro-Mbappé sur ses choix en choisissant de modifier sa mise en place tactique pour faire de l'attaquant parisien l'homme fort de l'attaque Bleue. Mais si le natif de Bondy continue de martyriser les défenses de Ligue 1 et d'Europe, le débat glissera doucement sur comment utiliser pleinement le talent de Kylian Mbappé. C'est-à-dire dans l’axe, et sacrifier l’un des membres du duo Griezmann-Giroud, quasi intouchable depuis deux ans.

Si pour l'instant une place de titulaire semble promise à Kylian Mbappé sur le couloir droit, il en sera autrement lorsque Ousmane Dembélé, blessé à une cuisse le mois dernier et absent jusqu'au début d'année prochaine, redeviendra le candidat naturel au poste d'ailier. Didier Deschamps a encore quelques mois devant lui pour éluder la question en attendant le retour du Barcelonais. Mais nul doute que le débat risque de se réouvrir très rapidement.

Mathieu Aellen