Amical Angleterre Allemagne 112017
Tammy Abraham face à Antonio Ruediger | Marvin Ibo Guengoer

Amical : Angleterre-Allemagne, des innovations mais pas de but

Publié le , modifié le

Innover n'est pas gagner: sans leurs cadres, l'Angleterre et l'Allemagne new-look ont expérimenté vendredi soir à Londres, se montrant offensives sans toutefois réussir à se départager (0-0).

Avec deux groupes décimés par les blessures, les deux sélectionneurs se devaient de tenter des choses à Wembley. Joachim Löw avait annoncé son intention d'"expérimenter des choses contre une grosse équipe": cela lui a plutôt réussi. Associé pour la première fois ensemble, le trio offensif Draxler-Werner-Sané a bien fonctionné, perturbant la lourde défense centrale anglaise. Sans ses piliers Neuer, Müller, Boateng, Reus et Kroos, l'entraîneur des champions du monde avait aussi fait confiance au revenant Gündogan, se passant ainsi de véritable milieu défensif, et au nouveau venu Halstenberg.

Sans la tour de contrôle Kroos, le milieu a tenu, tandis que l'arrière gauche a fait son match, peinant parfois face à la mobilité de son vis-à-vis Trippier. Pour Southgate, la tâche était encore plus ardue. L'Anglais devait faire sans ses vedettes Kane et Alli, et sans Winks, Sterling, Delph, Butland, Lallana, et Henderson, tous titulaires potentiels dans une équipe qui se cherche encore après son ennuyeuse campagne de qualification pour la Coupe du monde en Russie. 

Réactions :

Joachim Löw (sélectionneur de l'Allemagne): "Les deux équipes ont joué de façon très disciplinée en défense, en laissant très peu d'espaces. Nous avons bien joué en première période, nous avons essayé d'aller de l'avant et nous nous sommes créé de bonnes occasions. En deuxième période nous n'y sommes plus parvenus. Mardi contre la France ce sera plus difficile. Je considère que la France est un peu meilleure que l'Angleterre. La France a une attaque et un milieu de terrain extrêmement rapides, ils sont plus dangereux devant le but que l'Angleterre. Je vais faire des changements, il faut penser à la charge de travail des joueurs, et voir loin jusqu'au Mondial."

Marcel Halstenberg (Allemagne, première sélection à 26 ans): "Nous pouvons être satisfaits de ce résultat, les Anglais ont eu la dernière occasion et on a un peu de chance sur ce coup-là. L'entraîneur m'avait annoncé hier lors du dernier entraînement que je serais titulaire, ça m'a un peu surpris. J'arrive tard en équipe nationale mais je suis content".

AFP