Algérie: Bouteflika demande à Halilhodzic de rester

Algérie: Bouteflika demande à Halilhodzic de rester

Publié le , modifié le

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a demandé que le sélectionneur Vahid Halilhodzic reste à la tête des Verts après leur parcours au Mondial brésilien ponctué par une qualification historique pour les huitièmes de finale. "Vahid (Halilhodzic) doit rester avec nous. C'est une grande équipe que nous avons", a déclaré le dirigeant, repris par l'agence APS, en recevant coach Vahid et le patron de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Raouraoua.

Vahid Halilhodzic a la côte en Algérie. Depuis la qualification historique pour les 8e de finale et le match héroïque livré face aux Allemands, le coach bosnien est adulé. Dès sa descente d'avion, "Coach Vahid" a eu droit à l'accolade du Premier ministre Abdelmalek Sellal et à des "Allah akbar, Halilhodzic" scandés par le personnel travaillant à l'aéroport d'Alger. Un cri repris par la foule plus tard dans les rues d'Alger. Un peu plus tard, le président algérien Bouteflika s'est mis au diapason de son peuple en demandant à ce que l'ancien attaquant reste à la tête des Fennecs. Le sélectionneur a réagi par un sourire, avant de répondre, selon l'agence APS: "Ca n'a pas été toujours facile mais il faut continuer sur cette dynamique. Grâce à notre jeu, nous sommes devenus les chouchous des Brésiliens". Avant de flatter le technicien, Bouteflika avait reçu les Verts.

Des pétitions pour empêcher "Coach Vahid" de partir

Il a  salué les joueurs de l'équipe nationale ainsi que leur staff technique avant de prendre une photo souvenir avec eux et de se réunir avec le sélectionneur national et le patron de la FAF qui lui ont offert un ballon Brazuka et un maillot signés par tous les joueurs de l'équipe nationale. Avant de rendre visite au président, les joueurs avaient été accueillis en héros dans les rues de la capitale. Parmi eux, Halilhodzic est le plus en vue. Sur les réseaux sociaux, les supporters algériens ont fait circuler des pétitions visant à le convaincre de rester à la tête de leur sélection nationale. En fin de contrat, l'ancien coach du PSG ou de Rennes, installé sur le banc des Fennes depuis 2011, ne s'est pas encore exprimé sur son avenir. Idem pour le président de la Fédération Mohamed  Raouraoua avec qui les relations n'ont pas toujours été au beau fixe. Vilipendé suite à la CAN 2013 désastreuse de l'Algérie, Halilhodzic a troqué son costume de paria pour celui d'icône. Suffisant pour le convaincre de rester?

    Vidéo : le retour des Fennecs au pays

Jerome Carrere