23+7, la formule magique de Deschamps

23+7, la formule magique de Deschamps

Publié le , modifié le

Au moins tout est clair ! En révélant lundi une liste de 23 joueurs et 7 réservistes pour le Mondial au Brésil, le sélectionneur de l'équipe de France Didier Deschamps veut s'éviter un psychodrame.

Un bal de taxis qui sort de la brume au petit matin pour emporter les bannis du groupe France, Didier Deschamps n'en veut pas. Le traumatisme de 1998 est encore bien présent dans la mémoire du sélectionneur des Bleus, capitaine d'alors. Il se souvient des jours précédents et d'une concurrence exacerbée jusqu'à l'annonce des exclus. L'histoire a donné raison à Aimé Jacquet sur ses choix, pas forcément sur la méthode. Deschamps préfère mettre tout le monde au parfum d'entrée : les sélectionnés pour la Coupe du monde, les réservistes qui n'ont, sauf blessure, aucune chance de rentrer dans le groupe et ceux qui suivront les Bleus à la télé. "La logique humaine de désigner 23 joueurs est la moins mauvaise, car les joueurs choisis sont pleinement concernés pour la compétition", assure le sélectionneur tricolore. Aucun danger donc de se voir piquer sa place par un autre membre des 30 pour les joueurs qui ont leur sésame pour le Brésil. Une situation confortable qui devrait leur permettre de s'épanouir et de monter en puissance.

Titulaires et réservistes sans pression

Dans le clan des réservistes, c'est également très simple et, normalement, facile à vivre. Ceux qui en font partie ne sont pas des anciens Bleus qui pouvaient prétendre à une place dans les 23. A l'image des Stéphanois Loïc Perrin et Benoît Trémoulinas, ils sont tous contents d'avoir été choisi dans cette liste et seront dans un état d'esprit positif. Deschamps les a aussi pris pour cela. "C'est leur poste, leur polyvalence, la façon dont ils vont vivre avec nous..., a expliqué Deschamps au sujet de leurs qualités pour être réservistes. Il y a des joueurs que j'avais pris souvent ces deux dernières années et auxquels je ne pouvais réserver ce sort de réserviste, si je ne les prenais pas chez les 23. C'est le cas de Clichy ou Payet." On comprend aisément que les Payet, voire Nasri ou Abidal ont un statut en Bleu qui ne cadre pas avec celui de réserviste. Dans la gestion d'un groupe, leur présence apporterait plus d'énergies négatives que positives. De leur côté comme celui des titulaires. Evitons donc toute crispation inutile !

Le groupe avant tout

Les réservistes feront la préparation comme tout le monde jusqu'au 2 juin. En cas de pépin chez les 23, ils seront dans le coup physiquement et parfaitement dans le collectif. "Les réservistes le seront officiellement le 2 juin, mais les laisser dans la nature avec un programme qu'ils suivraient ou pas, était un risque trop élevé à prendre, reprend le sélectionneur français. C'est pourquoi j'ai décidé de les incorporer jusqu'au 28 mai. Entre cette date et la date limite du 2 juin, ils auront fait de l'entraînement, une préparation collective, ils auront vécu avec le groupe. C'est important." Après cette date et 24 heures avant le premier match des Bleus (France – Honduras aura lieu le 15 juin à 21h00), ils suivront un programme spécifique pour se maintenir en forme. Si un blessé grave survenait (après validation de la Commission Médicale de la FIFA), Deschamps pourrait piocher parmi ces sept hommes pour reformer un groupe de 23. Le règlement de la Coupe du monde l'autorise toutefois à prendre tout type de joueur, que ce dernier figurait dans la première liste des 30 ou pas. Deschamps n'y pense même pas.

VIDEO : Deschamps s'explique sur sa liste des 23 + 7

Xavier Richard @littletwitman