Philippe Bergeroo
Philippe Bergeroo, le sélectionneur de l'équipe de France | JEAN PAUL THOMAS / THOMAS PICTURES / DPPI MEDIA

Mondial dames - Bergeroo: "le moment ou jamais"

Publié le , modifié le

A la veille du premier match de son équipe contre l'Angleterre, pour débuter son Mondial au Canada, le sélectionneur de l'équipe de France féminine, Philippe Bergeroo, se veut prudent mais néanmoins confiant. Après une réelle montée en puissance de la sélection depuis plusieurs années, il estime que c'est "le moment ou jamais" pour les Bleues d'assumer leur statut de favorites.

Comment jugez-vous l'équipe d'Angleterre ?
Philippe Bergeroo: "On connaît bien cette équipe et ces Anglaises. On les a notamment affrontées en finale du tournoi de Chypre l'année dernière. Ça va être difficile, on connaît leurs  forces, j'ai des observateurs pour travailler ça. C'est une équipe qui est 6e au classement Fifa, on est 3e. Il n'y a pas une grande différence de potentiel. L'Angleterre est une sélection très complémentaire. Elles ont quatre attaquantes de haut niveau ce qui veut dire que, offensivement, elles ont les armes pour nous contrer. Il faudra donc rester très vigilant. Et depuis quelques années, elles perdent peu de matches."

Quels sont les dangers d'un premier match ?
P.B: "Le principal danger c'est de le perdre. C'est important de bien débuter. On sait que pendant vingt minutes ce sera un défi physique. Il faut y répondre et après je pense qu'on a la technique pour s'en sortir. Jouer  l'Angleterre en premier, c'est le tirage, on assume. Et puis on parle de l'Angleterre comme d'un concurrent direct, mais attention au Mexique, qui récemment n'a perdu que 1-0 contre les États-Unis, attention à la Colombie, qui a dernièrement fait 0-0 contre le Brésil. Il faut respecter les trois adversaires. On a trois matches importants pour sortir de poule."

Vos joueuses sont-elles prêtes à assumer le statut de favorites ?
P.B:  "Je le souhaite. C'est le moment ou jamais. Les filles sont remontées et j'espère qu'elles vont assumer cette pression. On espère faire un bon tournoi et on sait que l'aspect mental sera primordial. Pour ce qui est de leur état de forme, j'ai 23 joueuses aptes à s'entraîner. On a pu faire tourner pendant la préparation, on n'a pris aucun risque."

Vidéo : Les Bleues sont prêtes 

AFP

Coupe du Monde de Football Féminin