Coupe du monde 2019: "Un grand bonheur" pour la France du foot

Coupe du monde 2019: "Un grand bonheur" pour la France du foot

Publié le , modifié le

La Coupe du monde 2019, dont l'organisation a été confiée officiellement à la France ce jeudi, sera "le France 98" du football féminin français, a déclaré la joueuse professionnelle Wendie Renard. Un discours euphorique, comme celui de la France du football aux anges après ce beau succès collectif.

À l'annonce de la désignation de la France comme pays organisateur de la Coupe du monde féminine 2019, les Bleues ont laissé éclaté leur immense joie. "Magnifique nouvelle pour le foot féminin français", a écrit sur Twitter la Lyonnaise Camille Abily. "Quelle joie et honneur pour tous les passionnés !!!", a twitté la Parisienne Laura Georges. "Yes! Quelle bonne nouvelle!", a renchéri sa coéquipière sous les couleurs de l'OL Eugénie Le Sommer.

Cette bande de filles, plus très loin du sommet de la hiérarchie derrière l'Allemagne, le Canada ou les Etats-Unis, peut déjà rêver d'un destin à la bande à Zidane qui en 1998 avait soulevé le premier, et l'unique, trophée mondial remporté dans l'histoire du football par une équipe de France. Pour la joueuse martiniquaise Wendie Renard, cet heureux événement rappelle d'ores et déjà "France 98". "Plusieurs de mes joueuses ont moins de 25 ans, elles composeront  l'ossature de la sélection dans quatre ans. La France aura une équipe compétitive en 2019" s'est lui réjoui le sélectionneur des Bleues Philippe Bergeroo.

"Tout le pays sera derrière la France"

Le concert de louanges s'est étendu jusqu'au sommet de la FFF et son président Noël le Graët. "J'aimerais remercier la Fifa pour cette décision importante, la France est honorée, vous nous donnez une position forte pour développer le foot féminin",  a déclaré Noël Le Graët, le président de la FFF, au siège de la Fifa, juste après la désignation. "Tout le pays sera derrière la France. Je veux dire le bonheur de la fédération et de l'ensemble du pays qui attendait cette décision. Merci d'avoir choisi la France pour cette compétition essentielle", a encore déclaré le patron de la "3F".

La joueuse de l'équipe de France Laura Georges signe des autographes avant le match France-Brésil, le 11 juin 2014.
La joueuse de l'équipe de France Laura Georges signe des autographes avant le match France-Brésil, le 11 juin 2014.

Le président de l'Olympique lyonnais, dont la section féminine domine la scène européenne depuis plusieurs saisons avec deux victoires en Ligue des champions en 2011 et 2012, a lui aussi fait part de son "grand bonheur". Une joie qui est double puisque le match d'ouverture du Mondial 2019 se tiendra dans le futur Grand stade de l'OL, "C'est magnifique. C'est la concrétisation de plusieurs années de travail pour le football féminin", a dit Jean-Michel Aulas sur OLTV, la chaîne de télévision du club rhodanien.

"On peut la gagner cette Coupe du monde"

Et des voix s'élèvent déjà pour rêver d'une victoire des Française devant leur public. "Jouer en France, cela nous donnera une chance supplémentaire, oui on peut la gagner cette Coupe du monde. On a fini 4e en 2011, les U17 ont été championnes du monde, donc on a de la ressource. Gagner, ce serait tellement  fabuleux", a réagi Brigitte Henriques, secrétaire générale de la Fédération Française de football, en charge du développement du football féminin. "Je fais partie de ces gens à qui, à 5 ans, on refusait l'accès au foot. Ces femmes-là vont réaliser leur rêve, disputer un Mondial dans leur pays", a-t-elle conclu.

La France a été préférée jeudi à la Corée du Sud pour l'organisation du  Mondial, à l'unanimité du comité exécutif de la Fifa. Une belle histoire commence. 

Camille Belsoeur @camBelsoeur

Coupe du Monde de Football Féminin