Philippe Bergeroo coach filles
L'entraîneur des Bleues Philippe Bergeroo | Andre Ringuette / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Bergeroo : "On reste à notre place"

Publié le , modifié le

"On reste à notre place", a assuré mercredi le sélectionneur de l'équipe de France féminine de football Philippe Bergeroo après la victoire 5-0 de son équipe face au Mexique, qui envoie les Bleues en 8e de finale du Mondial.

Quelle est votre analyse de ce match ?
Philippe Bergeroo : "Quand on gagne 5-0, l'entraîneur est toujours content. On parlait de  l'inefficacité de cette équipe et les filles ont finalement rendu le match  facile en marquant d'entrée. On avait décidé d'aller les chercher très haut, de  gêner leur relance. Je donne un coup de chapeau aux 23 joueuses parce que c'est  un groupe."
   
Le match contre la Colombie était-il un accident ?
PB : "Il faut faire attention à ce qu'on dit. On ne peut pas tout gagner,  faire tout le temps des performances exceptionnelles. Il faut aussi gérer de  l'humain, il y a parfois des manques en match. Mais il faut garder confiance en  son équipe. Protéger le groupe, c'est le plus important. J'avais dit au tirage  au sort que ce serait dur. Moi je me méfiais de toutes les équipes. On a perdu  contre la Colombie et on s'est mis en grosse difficulté, avec une grosse  pression. Avec une contre-performance, on rentrait chez nous. Il y a des jours  sans et contre la Colombie on est passé au travers. Et ce n'est pas parce  qu'aujourd'hui on a gagné 5-0 qu'on se prend pour d'autres. On reste à notre  place. Le premier objectif est atteint, on respire un peu. Maintenant on va  prendre match par match."
   
Vous avez fait plusieurs changements...
PB : "J'essaie d'être le plus juste possible. Je me pose la question de ce  qui est le mieux pour l'équipe. Là, il fallait tourner. C'est aussi un signe  fort pour le groupe. Il n'y a pas de titulaires, j'ai beaucoup de monde qui  peut rentrer dans cette équipe. L'avenir immédiat c'est le Mondial mais j'ai  amené 10 filles qui ont 20 ans et qui préparent 2019."
   
Étiez-vous confiant avant ce match ?
PB : "Je n'ai pas de boule de cristal, on ne sait jamais ce qui va arriver.  On était favori mais j'ai assez d'expérience pour savoir que des choses peuvent  mal tourner en foot. On a beaucoup d'humilité parce que l'équipe de France n'a  jamais rien gagné. On s'est rapprochées des meilleures, simplement."

AFP

Coupe du Monde de Football Féminin