Coronavirus : Comment les jeux vidéo permettent aux sportifs de garder condition et moral pendant le confinement ?

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Une cycliste utilise l'application de home-trainer connectés Zwift
Une cycliste utilise l'application de home-trainer connectés Zwift |

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Face à l'isolement et au confinement, les sportifs aussi tentent de trouver des solutions pour tuer l'ennui et à la fois travailler en vue d'une future reprise. Les jeux vidéo et autres applications sont devenus plus que des passe-temps pendant cette période marquée par la pandémie du Covid-19 et deviennent des précieux alliés pour le monde du sport professionnel. Mais aussi un bon moyen de rapprocher les champions et le tout-à-chacun.

Imaginez-vous tout à la fois privé de sortie mais en pleine balade à vélo avec un vainqueur de Grand Tour. Non, cette image n'est pas que du domaine du rêve. En pleine pandémie de Covid-19, les moyens de faire du sport et de s'entretenir sont de plus en plus rares. La technologie est alors d'un précieux secours pour assister les passionnés et leur faire oublier la rengaine du confinement nécessaire pour lutter contre le coronavirus. De divertissement, les jeux vidéo deviennent de vrais alliés face l'impossibilité de s’entraîner, ou simplement pour garder le sourire dans une période difficile pour tous.

"Zwift ? Pendant quatre jours, je n'ai fait que ça"

Si en France, courir est (pour le moment) toléré autour de son domicile, impossible pour les cyclistes de pouvoir s'adonner à leur passion. Alors que le calendrier est déjà grandement bouleversé par les reports et annulations, difficile de pouvoir maintenir sa forme et d'anticiper la condition physique nécessaire aux futurs objectifs de chacun. La plateforme Zwift s'est rapidement imposée comme une alternative aussi ludique qu'efficace à l'impossibilité de rouler en extérieur. Ces home-trainer connectés permettent aux cyclistes de pouvoir rouler n'importe où en réalité virtuelle et de s'affronter ou simplement se balader en compagnie d'autres utilisateurs.

Cet outil a déjà fait ses preuves, et s'est même avéré précieux dans le confinement forcé de la Groupama-FDJ suite aux cas positifs de coronavirus lors du dernier UAE Tour. Un phare dans l'ennui en somme. "Pendant 4 jours je n’ai fait que ça, nous raconte Arnaud Démare. C’est un beau programme qui permet de bien s‘entraîner." Si Zwift ne remplace pas les sensations d'un Paris-Roubaix ou d'une étape du Giro, l'application permet d'allier plaisir et travail foncier. "J’ai pu faire une course l’autre jour. C’est amusant et il y a un petit peu d’adrénaline. Il n'y a pas photo avec une séance de home trainer classique, ça passe plus vite et c’est plus divertissant."

à voir aussi Coronavirus - Marc Madiot (Groupama - FDJ) : "Chaque jour, on jette nos plans à la poubelle" Coronavirus - Marc Madiot (Groupama - FDJ) : "Chaque jour, on jette nos plans à la poubelle"

D'autres formations ont également joué le jeu. L'équipe Israel Start Up Nation a ainsi décidé d'organiser une sortie de groupe sur Zwift ce vendredi soir pour dégourdir les jambes de ses coureurs (André Greipel sera notamment de la partie), tout en partageant avec ses supporters. Cette randonnée de 1h15 permet aussi à Monsieur Tout-le-monde de se mesurer aux professionnels puisque les derniers kilomètres feront office de course informelle. Mitchelton-Scott est allé encore plus loin et a même concocté un programme dense avec 15 événements du 11 au 22 mars : compétitions entre coureurs hommes et femmes de l'équipe ou encore sortie entre pros comme Simon Yates, et amateurs. Ils étaient pas moins de 1 300 lors du premier événement lancé par l'équipe australienne et diffusé en direct.

Les jeux de F1 comme simulateur

Si sortir son vélo du garage jusqu'au salon reste un effort surmontable, c'est une toute autre affaire pour des pilotes dont les monoplaces restent, elles aussi confinées au chaud. L'annulation en dernière minute du Grand Prix d'Australie de Formule 1 dimanche dernier alors que tout le paddock avait déjà fait le trajet a laissé tout le monde sur sa fin. Pour pouvoir quand même profiter d'un peu de F1, la structure eSport Veloce a eu la bonne idée de disputer la course sur F1 2019, le jeu officiel du championnat du monde. "Quand on a vu que le Grand Prix d'Australie n'allait pas avoir lieu vendredi matin, quand on a vu la réaction des fans, leur déception, on s'est dit pourquoi ne pas le faire, nous explique Jean-Eric Vergne, double-champion du monde en titre de Formule E, et co-fondateur de Veloce Racing. On s'est dit faisons vite, mais faisons bien."

Dans un laps de temps aussi court, Veloce est parvenu à réunir de nombreux joueurs professionnels mais aussi plusieurs pilotes F1 comme Lando Norris (McLaren), de Formule E comme Stoffel Vandoorne et Esteban Gutierrez mais aussi le gardien belge du Real Madrid Thibaut Courtois en invité. Jean-Eric Vergne et ses acolytes comptent bien poursuivre sur cette base. "Ce que l'on veut, c'est organiser des courses tous les week-ends, jusqu'à la fin du confinement. On veut ramener de plus en plus de monde, des pilotes de Formule 1, d'autres personnalités du sport mais aussi des superstars de l'eSport, qui ont une grosse communauté. On veut que cette occasion puisse agrandir l'audience du sport automobile."

Le replay du Not the... Aus GP (à partir de 4'52")

La F1 en est d'ailleurs bien consciente puisqu'elle a également annoncé ce vendredi sa série de Grand Prix virtuels, qui se dérouleront dans la foulée de ceux organisés par Veloce. Vergne l'assure toutefois, il compte bien voir au départ "autour d'un quart de la grille de Formule 1". "On va annoncer des noms qui vont faire plaisir au public" lâche-t-il dans un sourire.

Remplacer son habitacle et le bitume par un pédalier devant son écran sert aussi bien à passer un bon moment dans l'inquiétude qui règne autour du Covid-19 que de travailler pour la suite de la saison. "Ca m'aide beaucoup pour la concentration, explique Théo Pourchaire, engagé cette saison en F3. Entre la prépa physique et les cours à distance, on roule entre pilotes, on se lance des défis. Ca se rapproche de la réalité, même si on a moins de sensation de vitesse et de danger. Mais on se bat, les courses sont longues. C'est un bon outil." F1 2019 ou encore les plus exigeants iRacing ou Assetto Corsa, le jeune pilote français peut passer jusqu'à cinq heures par jour volant en main. Et l'initiative de ce Not the... Aus GP a inspiré la classe biberon des courses de monoplace. "On organise une course avec Veloce eSports en milieu de semaine prochaine avec les pilotes de F2 et F3 sur F1 2019 avec le mode qui permet de piloter de Formule 2" nous révèle Théo Pourchaire.

60 000 personnes pour le derby sévillan… sur Twitch

Les diffusions des compétitions ou de rencontres de jeux vidéo de sport étaient déjà en pleine ascension, la participation de sportifs pourraient bien les faire exploser un peu plus. Outre le cyclisme et la F1, de nombreuses autres disciplines ont décidé de combler le vide en jouant le reste de la saison avec leur manette ou leur clavier. Le championnat espagnol de football, la Liga, à l'arrêt, le derby entre le FC Séville et le Betis Séville n'a pas pu avoir lieu, tout du moins pas au stade Ramón Sánchez Pizjuán. Ibai Llanos, un streameur espagnol, a eu la bonne idée de faire s'affronter Sergio Reguilon (FC Séville) et Borja Iglesias (Betis Séville) pour représenter leur équipe sur FIFA 20. Résultat : une victoire du Betis et près de 60 000 vues sur Twitch, le principal site de streaming de jeux vidéos. Soit un plus grand nombre de spectateurs que l'enceinte sévillane n'aurait pu en contenir. Ce succès a poussé Llanos a récidivé ce week-end avec un tournoi réunissant 19 des 20 équipes de la Liga, chacune jouée par un de ses footballeurs (Sergi Roberto pour le Barça, Marcos Asensio pour le Real, etc…). L'argent levé durant ces streams sera ensuite reversé à la lutte contre le coronavirus en Espagne.

Dans l'Hexagone aussi, les jeux vidéos de football servent à déterminer qui est le plus fort. Le championnat National va ainsi reprendre à la 26e journée, mais sur le jeu de gestion Football Manager 2020, à l'initiative des 18 clubs qui auront chacun un représentant pour diriger leur formation avec la situation en l'état (classement, matches en retard…).

En NBA, la franchise des Phoenix Suns ne se laisse pas abattre par la suspension de la saison et a décidé qu'elle jouerait quand même ses 17 derniers matches du calendrier aux dates et adversaires prévus, mais sur NBA 2K20. Après un premier match entre joueurs pro de la scène eSport de 2K, un joueur des Suns, le rookie Ty Jerome, a joué pour sa franchise contre les Minnesota Timberwolves, menés par l'arrière Josh Okogie. "C'est amusant, a réagi Jerome à ESPN. Nous ne pouvons pas vraiment interagir avec nos supporters en ce moment, donc trouver différentes manières d'être avec eux, c'est marrant. C'est clairement divertissant pour moi, j'espère que ça l'est pour eux aussi."

Jerome a mené la franchise de l'Arizona à une victoire 93-63, elle qui n'a pas toujours été habituée aux succès aussi larges ces dernières saisons. Comme quoi, ce coronavirus n'aura pas voulu que du mal au sport.