Froome, contrôle anti-dopage
Froome au contrôle anti-dopage | YORICK JANSENS / BELGA MAG / BELGA/AFP

Contre la suspicion, Sky mise sur la transparence

Publié le , modifié le

Face au climat de suspicion entourant son leader, le maillot jaune Christopher Froome, la formation Sky a décidé de jouer la transparence. Après avoir transmis un ensemble de données recueillies sur le Britannique depuis deux ans au quotidien l'Equipe, qui les a faites analyser par le docteur Fred Grappe, l'équipe de Dave Brailsford propose de faire la même chose avec l'Agence mondiale antidopage (AMA).

Pour mettre fin aux rumeurs de dopage concernant son impressionnant leader Christopher Froome, la formation Sky a décidé de contre-attaquer. Pour ce faire, l'équipe britannique veut jouer la transparence et communiquer des données sur les performances du maillot jaune du Tour de France à l'Agence mondiale antidopage (AMA). Dave Brailsford, manager de l'Anglais, semble déterminé à prouver que son champion est parfaitement propre et ne doit ses succès qu'à son talent et son professionnalisme poussé à l'extrême. "Nous avons eu des contacts avec l'AMA et l'UKAD (agence antidopage britannique), et les choses évoluent favorablement", a dit Brailsford avant le départ de la 18e étape à Gap.

Intouchable sur les pentes d'Ax 3 domaines (8e étape), du Mont Ventoux (15e étape) et lors du contre-la-montre mercredi à Chorges (17e étape), Chris Froome est remis en question comme l'a rarement été un maillot jaune sur la Grande Boucle. Des attaques qui dérangent Brailsford : "Nous essayons de réagir face à une situation particulière, de penser de manière positive", a-t-il confié. "Personne ne m'a demandé de faire ça (écrire à l'AMA). J'ai juste pensé que  ce pourrait être une bonne idée de les contacter, car eux ne m'ont jamais contacté. Je suis allé vers eux et j'ai dit: 'En fait les gars, nous aimerions  vous donner tout ce que nous avons. Qu'en pensez-vous ?'", indique Sir Brailsford.

Ben Nichols, porte-parole de l'AMA, a indiqué à l'AFP que "ce n'est pas spécifiquement dans le mandat de l'AMA d'accepter des requêtes particulières d'une équipe ou d'une personne, cependant, et nous entreprenons des programmes d'observation seulement si nous sommes invités à le  faire par une fédération internationale. L'UCI est l'organisation responsable pour partager des  informations pertinentes avec l'équipe Sky et l'UKAD, en tant qu'agence nationale antidopage, serait également le bon endroit pour discuter plus loin  avec l'équipe Sky." Et de rappeler: "Nous encourageons tout ceux qui évoluent dans le sport à partager des informations pertinentes avec ceux dont la volonté est de promovoir un sport juste et équitable. Nous serons toujours réceptifs aux informations qui  aideront à lutter contre le dopage dans le sport".

L'expert Fred Grappe n'a rien trouvé d'anormal

Le Gallois s'exprimait après que le journal L'Equipe a rapporté jeudi avoir reçu de la Sky les données de Froome enregistrées depuis deux ans. Les performances n'ont pas été publiées par le quotidien sportif qui les a transmises pour analyse à l'expert français Fred Grappe, lequel n'a trouvé rien d'anormal dans les performances du Britannique. "Tout ce que je sais, c'est que ce que nous faisons est propre, ce que nous  faisons est professionnel, et nous essayons de réfléchir à des solutions innovantes, à être flexibles et réactifs", a conlu Brailsford. Une initiative qui pourrait mettre fin au climat de suspicion entourant Froome, victime d'une fringale dans la montée finale vers l'Alpe-d'Huez jeudi. 

Toutefois, Le Monde met en garde contre tout optimisme démesuré. Selon un "expert" du dopage dont le quotidien révèle peu de chose, Froome "a un coup d'avance. Son passeport biologique est parfaitement lisse." Ce passeport biologique a été créé par l'UCI afin de détecter la prise de produits dopants. Mais aujourd'hui, d'après le journal, il serait détourné au profit du dopage. Les coureurs s'en serviraient afin de réadapter leurs valeurs hématologiques ou endocrinologiques à celles que contient leur passeport, suite à la prise de produits dopants. "Certains médecins d'équipe réveillent les coureurs à 5 heures avant le passage des contrôleurs afin d'ajuster les valeurs."

Un expert : "Froome a un coup d'avance" sur les contrôles anti-dopage

Michel Audran, professeur en pharmacie à l'Université Montpellier I renchérit : "On pourra toujours contourner les méthodes de détection (...). Les auto-transfusions sanguines sont indétectables tout comme les micro-doses. On peut être clean à 6h du matin après des prises la veille à 23h." Le transfert et l'analyse des données relatives à Chris Froome ne suffirait donc pas à dissiper les doutes aux yeux de certains spécialistes. Mais au moins ouvriraient-ils une brèche dans un monde cycliste d'habitude plus prompt  à se renfermer sur lui-même. 

Jerome Carrere