Alberto Contador
Alberto Contador | ©MAXPPP - PQR/L'EST REPUBLICAIN/Alexandre MARCHI.

Contador suspendu deux ans et déchu de sa victoire sur le Tour 2010

Publié le , modifié le

La sanction est lourde. Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a décidé de suspendre deux ans l'Espagnol Alberto Contador pour son contrôle antidopage positif du Tour de France 2010. Il est de ce fait déchu de sa victoire dans cette édition 2010. Le Luxembourgeois Andy Schleck récupère ainsi le gain de cette victoire. Suspendu jusqu'au 6 août 2012, Contador ne disputera pas le prochain Tour. Le coureur peut encore déposer un recours auprès du Tribunal fédéral Suisse.

La thèse de la viande contaminée écartée

Un an et demi après la découverte de traces de clenbutérol dans les analyses du coureur, ce dernier est fixé sur son sort. Si Alberto Contador peut encore, dans un délai de trente jours, avoir recours au Tribunal fédéral suisse au sujet de la conformité de la décision, il paraît peu probable de voir l'Espagnol sur la ligne de départ du Tour de France 2012. Acquitté en première instance par la fédération espagnole en février 2011, Contador s'était expliqué par la suite devant le TAS lors d'une audience fin novembre à Lausanne. "Alberto Contador est suspendu pour une durée de deux ans avec effet rétroactif au 25 janvier 2011, moins la période de suspension provisoire qu'il a purgée en 2010 et 2011 (5 mois et 19 jours). La suspension devrait ainsi prendre fin le 5 août 2012", précise le TAS.

Les trois juges du TAS ont estimé qu'"aussi bien le scénario de la contamination de la viande que celui de la  transfusion sanguine, étaient, en théorie, des explications possibles pour justifier un contrôle antidopage positif mais qu'ils étaient tous deux  hautement improbables". "De l'avis de la formation arbitrale et sur la base des preuves produites, la présence de clenbutérol a été plus vraisemblablement causée par l'ingestion  de suppléments nutritifs contaminés", souligne le TAS dans un communiqué.

La Fédération espagnole discréditée

Le TAS a "partiellement admis les appels déposés par l'Agence mondiale antidopage (AMA) et l'Union cycliste  internationale (UCI)" et a conclu qu'Alberto Contador "était coupable d'une infraction de dopage". Devant les trois juges qui le recevaient, l'Espagnol avait expliqué que ces traces infimes de clenbutérol étaient dues à une contamination alimentaire, ce qu'avait retenu l'instance disciplinaire de son pays."Nous devons respecter cette décision mais nous ne la partageons pas évidemment", a déclaré le président de la Fédération espagnole de cyclisme, Juan Carlos Castaño à la radio nationale. "De plus, je pense que, pour le cyclisme et pour le sport espagnol en  général, c'est une très mauvaise nouvelle", a-t-il poursuivi, précisant qu'il n'avait pu s'entretenir avec Contador car "son téléphone est occupé".

Gadret se retrouve 3e du Giro 2011
Cette décision signifie que les résultats 2011 du coureur, et notamment son succès dans le Giro, sont également annulés. L'Italien Michele Scarponi récupère donc la victoire du Tour d'Italie 2011, et le Français John Gadret grimpe sur la troisième marche juste derrière Vincenzo Nibali.

De leur côté, l'UCI et l'AMA avaient déjà pris le contre-pied de la Fédération espagnole en interjetant appel devant le TAS. A l'époque, même le Premier ministre espagnol de l'époque, Jose Luis Zapatero, avait pris position en faveur de Contador. En plus de ces sanctions sportives, une forte amende pourrait être infligée au Madrilène de 29  ans. "La formation arbitrale se prononcera ultérieurement et dans une décision séparée au sujet de la demande déposée par l'UCI d'imposer une amende d'au  moins 2,485 millions d'euros à Alberto Contador", a précisé le TAS.

"C'est une journée triste pour notre sport: certains pourraient penser que l'on a gagné, mais ce n'est pas du tout vrai. Il n'y a jamais de vainqueur lorsqu'on parle de dopage: chaque cas, indépendamment de ses caractéristiques, est toujours un cas de trop", a commenté le président de l'UCI, Pat McQuaid. L'UCI accueille ainsi cette "nouvelle comme l'aboutissement d'une longue affaire, extrêmement douloureuse pour le cyclisme".

18 mois de procédure

Tout avait débuté le 21 juillet 2010, lors d'une journée de repos à Pau, au cours de laquelle Aberto Contador avait subi un contrôle antidopage inopiné, à la veille de la dernière étape de montagne. Quatre jours plus tard, le coureur qui portait à l'époque les couleurs de l'équipe Astana, remportait son troisième Tour de France (après 2007 et 2009), avec 39 secondes d'avance sur Andy Schleck. Une fois engagé avec la formation Saxo Bank, le Madrilène apprend le 24 août qu'il est suspendu à titre provisoire par l'UCI. En cause, une présence de clenbutérol, un diurétique permettant de lutter contre l'hypertension artérielle (et potentiellement utilisable comme produit masquant), qui se retrouve dans les urines de l'Espagnol. Ce dernier explique qu'il s'agit d'une simple contamination, et s'entame alors une longue procédure.

La Fédération espagnole qui proposera dans un premier temps un an de suspension, renoncera finalement à toute sanction 20 jours plus tard, le 15 février 2011. Dès le lendemain, Contador se remet en selle pour le Tour d'Algavre, et remporte un peu plus tard le Tour de Murcie. Mécontents de la décision de la Fédération espagnole, l'UCI puis l'AMA font appel de la décision devant le TAS. Et après trois reports, la sanction tombe ce lundi 6 février, Contador est sanctionné deux ans, sanction qui compte tenu de la durée de la procédure, permettra au Madrilène de reprendre la compétition dès le mois d'août...

Andy Schleck: "Aucune raison d'être heureux"

Si Andy Schleck récupère la victoire finale sur le Tour de France 2010, elle n'a forcément pas la même saveur. "Je n'ai aucune raison d'être heureux aujourd'hui", a indiqué le coureur de RadioShack Nissan, dans un communiqué. "Tout d'abord, je suis triste pour Alberto. J'ai toujours cru à son innocence. C'est un jour très triste pour le cyclisme. La seule nouvelle positive est que nous avons un verdict après 566 jours d'incertitude. Enfin, on peut avancer. Je fais confiance aux juges du TAS pour avoir pris tous les aspects en compte après avoir lu un dossier de 4.000 pages", a nuancé le Luxembourgeois.

Interrogé par l'AFP, le Belge Eddy Merckx a eu une réaction très vive à l'égard du TAS. "C'est une nouvelle fois le cyclisme qui trinque. Je suis dégoûté. C'est une punition excessive. C'est mauvais pour tout le monde. Pour la réputation du cyclisme. Pour les sponsors", a-t-il déclaré. "C'est comme si quelqu'un voulait tuer le cyclisme. Ils ont mis deux ans  pour prendre cette sanction. C'est ça qui ne va pas", a ajouté Merckx. "Je ne suis pas un expert, ni médecin. Mais j'attends vraiment les explications de ces experts. Il n'y a qu'en cyclisme que l'on cherche à  détecter des quantités infinitésimales (de produits interdits, ndlr), des 0,000000... J'aimerais que l'on fasse la même chose dans les autres sports", a indiqué Merckx.

Voir aussi:

La sentence du Tribunal arbitral du sport (en anglais)

>Le communiqué de l'UCI
>Le site officiel d'Alberto Contador
>Le site de l'AMA
>Le site du TAS

Voir la vidéo-->Voir la video

Voir la vidéo-->Voir la video

Romain Bonte