Alberto Contador avec le maillot de la Saxo Bank
Alberto Contador avec le maillot de la Saxo Bank | AFP - Josep Lago

Contador: "Le Tour est long"

Publié le , modifié le

Conscient qu'il n'a pas effectué une très bonne opération lors de la toute première étape du Tour de France, Alberto Contador qui a été pris au piège dans une chute tente de relativiser comme il peut. Le vainqueur des deux dernières éditions rappelle surtout qu'il reste encore trois semaines de compétition...

L'Espagnol qui se retrouve 82e du classement général à 1'21'' de Philippe Gilbert, à 1'18'' de Cadel Evans et 1'14'' d'Andy Schleck, il garde néanmoins espoir. Le triple vainqueur de la Grande Boucle se rappelle sans doute qu'en 2009, il avait perdu une bonne quarantaine de secondes sur Lance Armstrong après avoir été "victime" d'une bordure lors d'une étape menant à La Grande-Motte. Cela ne l'avait pas empêché de terminer avec le maillot jaune sur les Champs-Elysées...

"Dans le cyclisme d'aujourd'hui, les courses se gagnent et se perdent en  secondes. Alors, perdre 1 min 15 sec (environ) sur tous les favoris, c'est un  écart qu'on a du mal à récupérer", a convenu Contador. "J'ai passé une journée difficile, il y avait beaucoup de tension, des  coureurs qui remontaient sans cesse vers l'avant", a expliqué l'Espagnol qui a été pris dans une chute massive à 9 kilomètres de l'arrivée. "J'étais très près de la tête du groupe, mais des coureurs sont tombés devant moi. J'ai réussi à freiner à temps et je suis passé comme j'ai pu. Mais le groupe était loin", a dit le Madrilène.

"C'est le cyclisme !", a-t-il lancé, un brin fataliste. "Il vaut mieux penser à la suite  et être optimiste. Ce sont des choses qui peuvent se produire. Aujourd'hui,  c'est sur moi que c'est tombé, un autre jour ce sera sur quelqu'un d'autre. Je n'ai pas eu de chance mais le Tour est long", a rappelé le triple vainqueur de la Grande Boucle. Et le contre-la-montre par équipe de ce dimanche risque de compliquer encore un peu la donne, car son équipe ne fait pas partie des plus affûtées dans l'exercice. "J'espère que les écarts ne seront pas trop importants. Si on les ajoute au temps perdu aujourd'hui, ça risque d'être compliqué." Partir en premier peut toutefois constituer un avantage selon lui.

Romain Bonte