Cesar Cielo
Le Brésilien Cesar Cielo | AFP - THIERRY ZOCCOLAN

Cielo, l'indestructible

Publié le , modifié le

Champion olympique du 50m nage libre en 2008, champion du monde du 50 et du 100m en 2009, champion du monde des 50m nage libre et papillon en 2011, Cesar Cielo veut rester le roi du sprint. A Londres, il s’était contenté du bronze sur 50m libre, mais dans le Palau Sant Jordi, lundi, il est resté champion du 50 papillon. Pour rester le meilleur en vue des JO de Rio en 2016, le Brésilien a changé beaucoup de choses. Et il compte bien en profiter sur le 50m nage libre, aujourd'hui.

A chaque fois, son sourire et ses larmes ont éclairé ses performances. Même à Shanghaï. En 2011, les sifflets l’avaient pourtant accompagné, après sa suspension de trois mois pour un contrôle anti-dopage positif et sa bataille juridique. Il avait ajouté à ses larmes et à son sourire une bonne dose de rage.

Cesar Cielo est sûrement animé à Barcelone par cette rage, quoique différente. Car ces derniers mois, beaucoup de choses se sont passées. Aux JO-2012 à Londres, il avait laissé sa couronné à Florent Manaudou sur 50m nage libre, se contentant du bronze, alors qu’il possédait la meilleure performance mondiale de l’année sur la distance. Après, c’est une opération des deux genoux (lésion du ménisque, inflammation des tendons), la montée en puissance de Pro16 ("projet jusqu’à l’or en 2016") pour réunir les meilleurs nageurs brésiliens et les mener vers le sacre olympique lors des JO de Rio de Janeiro, et un nouvel entraîneur, Scott Goodrich pour coordonner le tout. "J’ai encore 5 ou 6 ans de carrière devant moi, et je veux faire le maximum pour pouvoir ensuite regarder derrière moi et être certain que j’aurais fait les bons choix pour obtenir les meilleurs résultats dans ma vie", explique Cielo.

Goodrich, entraîneur de 26 ans à ses côtés

Ancien coéquipier d’entraînement de Frédéric Bousquet à l’université d’Auburn sous la houlette de Brett Hawke, le Brésilien a renoué avec l’Australien qui lui a envoyé Scott Goodrich. Il n’a que 26 ans, comme Cielo, il nageait lui-aussi à Auburn, et c’est lui qui est chargé de remettre le recordman du monde du 50 et du 100m sur de bons rails. Un ami devenu entraîneur, qui vit désormais à Rio.

Malgré tous ces changements, Cesar Cielo ne vient pas à Barcelone pour se tester. Double champion du monde en titre, détenteur des deux records du monde (en combinaison), il veut conserver sa couronne sur 50m nage libre après avoir déjà conservé celle sur 50 papillon. Depuis Rome en 2009, il est toujours reparti avec deux médailles d'or des Mondiaux. Un sacré défi face notamment à Florent Manaudou, champion olympique en titre et qui l'a battu à l'Open de France début juillet, ou James Magnussen.

Vidéo: le portrait de Cielo