Tour de France Chavanel Sylvain Quick Step 06 2010
Sylvain Chavanel | DR

Chavanel : "Une tentative pour rien"

Publié le , modifié le

Parti dès le 4e kilomètre en compagnie de Juan Antonio Flecha (Sky) et Pierrick Fédrigo (BBOX), Sylvain Chavanel a encore mené la danse lors de la 13e étape entre Rodez et Revel. Mais alors qu’il espérait décrocher une troisième victoire, le Français de la Quick Step a été repris par le peloton à 10 km de l’arrivée.

Après ses succès à Spa et à la Station des Rousses, Sylvain Chavanel espérait réaliser la passe de trois. "Tout le monde sait que je veux remporter une troisième étape et tout le monde sait que c’est une étape pour baroudeurs aujourd’hui", s’amusait Chavanel, samedi matin, avant le coup d’envoi à Rodez. En pleine forme depuis le début du Tour, Chavanel a rapidement pris les devants. Avec l'Espagnol Juan Antonio Flecha (Sky) et le Français Pierrick Fédrigo (BBOX). Après 180 km de chevauchée, le trio a malheureusement été rattrapé par un peloton affamé. 

"C’était une tentative pour rien, a regretté le Châtelleraudais sur la ligne d'arrivée. Le trio avec Juan Antonio Flecha et Pierrick Ferdigo avait pourtant de la gueule. On s’est très bien entendu tout au long de l’échappée mais on savait que c’était une mission impossible" . Au pied de l’ultime montée du parcours, Sylvain Chavanel n’a effectivement pas pu poursuivre son effort. "Avec la bosse dans le final, c’était sûr que ça allait arriver comme ça et qu’il allait y a voir des attaques. Perso, j’ai réussi à m’accrocher au peloton. Je suis content de mon étape."

Si cette 13e étape était une des dernières occasions pour le coureur de la Quick Step d’empocher un troisième succès, il n’affiche aucune déception. "Je m’attendais a une étape beaucoup plus difficile, a-t-expliqué. Il y a eu des parties très roulantes, notamment des trois voies, ce qui n’est pas idéal pour creuser l’écart dans une échappée".  Avant d’ajouter avec un petit sourire : "On a donné un bon tempo et je pense que ça les a bien occupé derrière. J’ai vu les visages des gars du peloton … il avait l’air plutôt fatigué". Une petite satisfaction pour Sylvain Chavanel qui, à partir de demain, va avoir fort à faire dans les Pyrénées.

Isabelle Trancoën