Florent Manaudou
Florent Manaudou, impressionnant en demi-finale du 50m dos | SYLVAIN THOMAS / AFP

Manaudou: "Une bonne chose de faite"

Publié le , modifié le

"C'est une bonne chose de faite", a soufflé Florent Manaudou après avoir remporté son premier titre mondial individuel en s'imposant sur 50 m papillon, au lendemain de sa victoire avec le relais 4x100 m nage libre, lors des Mondiaux 2015 de natation, lundi à Kazan (Russie). S'il savoure cette nouvelle médaille, le petit frère de Laure Manaudou a déjà l'esprit tourné vers son prochain objectif, le principal de ces Mondiaux : une médaille d'or en 50 m nage libre.

Que ressentez-vous après cette victoire ?
Florent Manaudou : "C'est une bonne chose de faite. Entre la médaille d'or d'hier  (dimanche) et celle d'aujourd'hui (lundi), ça commence plutôt bien. Comme  d'habitude, je nage moins vite en finale, comme je l'avais prédit, mais j'avais  un peu de marge. Ca touche devant, c'est super. Je savais que Santos allait  être collé à moi pendant très longtemps. Pour une fois je fais la différence  dans les cinq derniers mètres".
   
Comment vivez-vous votre premier titre de champion du monde en  individuel ?
F.M. : "J'ai l'impression d'avoir fait la moitié des choses. Je voulais gagner  ce 50 m +pap+, mais ce n'était pas mon épreuve. Je n'aurais pas été très déçu  de faire juste un podium, voire une finale. De prendre ça en plus, ce n'est que  du bonheur".
   
Quand avez vous trouvé les clés pour nager le 50 m papillon ?
F.M. : "Je l'ai compris hier (dimanche) seulement ! Je cherche tout le temps,  je suis en recherche perpétuelle et enfin ça paye dans un grand championnat. Ça  avait fait ça aussi aux Jeux, donc c'est cool. Ça n'avait vraiment pas bien  marché aux Championnats de France (en avril) et là je crois que j'ai trouvé un  petit truc. J'espère que je ne vais pas le perdre, parce qu'en +pap+, ça va ça  vient. Mais je suis super content, j'espère que ça va booster aussi l'équipe de  France. J'ai vu +Cam+ (Camille Lacourt) nager avant moi. Il a fait un super  temps, il n'avait pas fait ça depuis longtemps. Ça m'a un peu motivé aussi".
   
Vous détenez une médaille mondiale dans toutes les nages...
F.M. : "J'y ai pensé, je ne savais pas si vous alliez me poser la question. Il  y a eu le 50 m brasse aux Championnats du monde petit bain. C'est bizarre mais  on peut dire que je suis un bon nageur de 50 m. Un peu comme (le Sud-africain  Roland) Schoeman, qui est très bon sur les quatre nages aussi. C'est dommage  qu'il n'y ait pas de 50 m aux Jeux à part le 50 nage libre, parce que j'aurais  pu me faire plaisir. J'attends le 50 m libre de vendredi avec impatience".
   
Pourquoi n'avez vous pas explosé de joie ?
F.M. : "Ce n'est pas mon épreuve, c'est une épreuve qui me tient à coeur mais  je pense beaucoup au 50 m nage libre. C'est pour ça que je n'ai pas non plus  explosé de joie au 4x100m hier (dimanche), parce que ça m'avait peut-être coûté  le titre à Barcelone (aux Mondiaux-2013, ndlr). J'avais mis beaucoup d'émotion  le premier jour et j'avais très mal nagé le lendemain. J'essaie de prendre les  choses petit à petit. Quand je vois (l'Américain Michael) Phelps faire ses huit  médailles olympiques, il n'est pas démonstratif et je pense que c'est ça aussi  qu'il faut faire pour gagner plein de courses. Il faut garder un peu en soi les  émotions".
   
De quoi êtes-vous le plus fier ?
F.M. : "Je pense, d'avoir réussi une finale en nageant à la ligne 4. C'est  peut-être ce qui va se passer samedi (en finale du 50 m libre). D'avoir fait  tout le processus des séries, demi-finales et finale en étant premier et en  gardant mon rang, ça va me donner des points de confiance et ça va peut être  faire douter certains de mes concurrents au 50 m libre. C'est super".

Vidéo : la finale du 50m papillon 

AFP