Florent Manaudou
Florent Manaudou n'a pas forcé pour dominer les séries du 50m libre | FRANCOIS XAVIER MARIT / AFP

Manaudou donne le ton sur 50m, le relais français 4x200m n'ira pas en finale

Publié le , modifié le

Très attendu sur les séries du 50m nage libre, sa distance de prédilection, Florent Manaudou n’a pas déçu ce vendredi. Très relâché, le Français a réalisé le meilleur chrono de la matinée (21’’71) avant les demi-finales, à suivre à partir de 16h30 sur France 2. Mehdy Metella a lui aussi passé le cap des séries du 100m papillon, tout comme Beryl Gastaldello et Mélanie Henique sur 50m papillon. Déception en revanche pour le relais 4x200m tricolore, qui n’ira pas en finale mais qui a tout de même assuré sa place à Rio.

Sans Cesar Cielo, Florent Manaudou s’était présenté comme le grandissime favori à la succession du Brésilien sur l’épreuve du 50m nage libre. Les séries, ce vendredi, n’ont fait que consolider ce statut. Champion olympique de la spécialité, le nageur tricolore, déjà titré à deux reprises cette semaine à Kazan, s’est offert le meilleur des 120 chronos réalisés durant la matinée : 21’’71, sans forcer ! Seuls trois autres nageurs sont passés sous les 22 secondes : l'Américain Nathan Adrian, champion olympique 2012 sur 100 m libre (2e,  21’’73), le Grec Kristian Gkolomeev (3e, 21’’87) et le Russe Vladimir Morozov  (4e, 21’’97), vice-champion du monde 2013. Confirmation attendue ce soir en demi-finale (à 17h09 en direct sur France 2).

Metella a eu chaud

L’essentiel est assuré, mais Mehdy Metella s’est fait peur lors des séries du 100m papillon. "Seulement" 13e temps de la matinée (52’’07), loin de Laszlo Cseh (50’’91), le nageur français semblait un peu trop relâché et devra aller beaucoup plus vite pour espérer intégrer le Top 8. Même objectif pour Beryl Gastaldello et Mélanie Henique, qualifiées pour les demi-finales du 50m papillon avec, respectivement, les 12e et 14e temps (26’’33 et 26’’46) des séries. Elles tenteront de se qualifier pour la finale ce soir, où Sarah Sjöström (25’’43) s'annonce intouchable.

Le relais français à Rio mais pas en finale

Privé de Yannick Agnel, forfait à Kazan, le relais tricolore 4x200m n’a pas tenu son rang de vice-champion olympique en titre. Onzième chrono de la matinée en 7’12’’68, le quatuor Jordan Pothain / Gregory Mallet / Lorys Bourelly / Clément Mignon échoue à décrocher son billet pour la finale, mais limite les dégâts : en terminant dans le Top 12, il assure sa place aux prochains Jeux olympiques, à Rio. L’Australie, les USA et la Grande-Bretagne devraient se livrer un joli duel ce soir en finale.