Lacourt Stravius
Camille Lacourt et Jérémy Stravius. | MARK RALSTON / AFP

Lacourt et Stravius, destins croisés

Publié le , modifié le

Il y a des trajectoires qu’on ne peut séparer. Les aléas de la vie et d’une carrière sportive ont beau être propres à chaque sportif, les destins de Jérémy Stravius et Camille Lacourt semblent être liés. Co-champions du monde 2011, vrais frères ennemis des bassins, les deux nageurs français se retrouvent à Kazan, après une saison 2014 compliquée, à un an des JO de Rio.

Jérémy Stravius et Camille Lacourt pèsent à eux deux onze médailles individuelles en grands championnats (Mondiaux et championnats d’Europe), dont cinq en or. Des palmarès hors-normes, pour ces deux dossistes qui sont rentrés dans l’histoire en 2011. Jamais, avant Shangaï, la France n’avait eu de champion du monde masculin. Ce jour-là, elle en a obtenu deux. Une première historique, liant ainsi les deux carrières de ces frères ennemis du sport français.

2014, une année à oublier

2014 a été pour tous les deux une année compliquée. L’un a souhaité tout arrêter, l’autre a connu des soucis de santé. Le premier s’est mis au 100m nage libre, le second a préféré se concentrer sur le dos, en pensant à Rio. Rio, c’est déjà l’an prochain, et Kazan apparaît comme un point de passage obligatoire pour ces deux nageurs. « Les Championnats du monde, c'est le gros passage pour l'année prochaine.  C'est le meilleur entraînement, mais ce n'est pas là où je dois être au top »,  explique Stravius, 27 ans. Réaliser une bonne performance à Rio lui permettrait d’oublier cette délicate année 2014, où l’Amiénois a bien failli ne plus replonger dans les bassins : « Je nageais bien, mais je ne me sentais pas bien. Maintenant c’est oublié ».

"Il n'y a plus ce sentiment d'infériorité"

Mieux encore, Stravius a franchi un cap, notamment face à Lacourt. C’est en tout cas ce qu’explique son entraîneur, Michel Chrétien : « Camille était  un repère inévitable. Maintenant ça ne l'est plus. Avant c'était: ‘Camille c'est celui qui bat toujours Jérémy,  il va lui mettre une tôle’. Maintenant on a dépassé ça et il n'y a plus ce  sentiment d'infériorité qui a existé au début de la carrière de Jérémy ».

Du côté de Camille Lacourt, les soucis de santé (tumeur bénigne à la hanche) l’ont tenu éloigné des bassins pendant six mois. Désormais, Rio accapare l’attention du nageur marseillais, comme le confirme son entraîneur Romain Barnier : « Camille est dans un profil exigeant, tourné vers Rio quasi uniquement. C'est son choix ».

Dans les bons comme dans les mauvais moments, Jérémy Stravius et Camille Lacourt ont leurs carrières liées. Cette histoire de frères ennemis, qui ne sont pas les meilleurs amis du monde mais qui se respectent, reprend son cours aujourd’hui, avec les séries du 100m dos.