joie Florent Manaudou Mondiaux 2015
La joie de Florent Manaudou | CHRISTOPHE SIMON / AFP

Florent Manaudou "pas le plus gros des bosseurs", selon son frère Nicolas

Publié le , modifié le

"Flo" n'est pas le plus gros des bosseurs, mais il s'est vraiment donné les moyens cette année", a expliqué dimanche Nicolas Manaudou, grand frère et ex-entraîneur de Florent Manaudou, dans le JDD, après la 3e médaille d'or de celui-ci aux Mondiaux de Kazan (Russie).

Entraîneur de Florent pendant 6 ans, à Ambérieu, dans le fief familial de l'Ain, avant que le petit frère s'émancipe pour partir au club de Marseille, Nicolas n'est pas surpris par la réussite de son ancien élève, premier Français à être titré trois fois lors des mêmes championnats du monde. "Il était surmotivé", commente-t-il dimanche dans les colonnes du Journal du Dimanche: "Quand il met tout en place dans ses quinze premiers mètres, c'est le meilleur. Il a pris énormément de puissance. 'Flo' n'est pas le plus gros des bosseurs, mais il s'est vraiment donné les moyens cette année". "Quand il était plus jeune, on pouvait lui faire faire ce qu'on voulait. Il bossait beaucoup. Avec un gars de 24 ans qui a été champion olympique à 21 ans (NDLR: médaillé d'or sur 50 libre aux JO de Londres 2012), ça devient plus compliqué... Mais il a acquis la capacité de s'autogérer. Le truc,c'est qu'il faut que ça vienne de lui pour qu'il ait envie".

Objectif Rio

Si Nicolas Manaudou n'est plus l'entraîneur de Florent depuis 2011, il intervient encore auprès de son frère, "hors technique, sur le plan de la motivation": "C'est arrivé deux ou trois fois, quand 'Flo' n'était pas bien, notamment en avril 2013 à la mort de son meilleur ami Valentin (NDLR: dans un accident de moto), il était vraiment au bord du gouffre". Le prochain objectif de Florent ? "C'est Rio", assure Nicolas Manaudou: "Après, les Jeux de Tokyo 2020, c'est loin, (...) il a déjà tout gagné, il ne lui manque plus rien". Quant aux records du monde, Florent en détient déjà deux, en petit bassin. Mais le record du 50 m libre en grand bassin semble inaccessible à Nicolas Manaudou: "Je n'y crois pas, il y a trop d'écart avec les chronos en combinaisons" et le 20 sec 91 de Cesar Cielo le Brésilien en 2009.

AFP