Florent Manaudou pourrait retrouver les bassins
Florent Manaudou pourrait retrouver les bassins | GABRIEL BOUYS / AFP

Florent Manaudou n’exclut pas de replonger pour Paris 2024

Publié le , modifié le

Passé du bonnet de bain au ballon de handball depuis sa médaille d’argent aux JO de Rio, Florent Manaudou a entamé depuis un an sa nouvelle vie loin des bassins. Consultant pour France Télévisions aux Mondiaux de Budapest, le nageur français a pour la première fois évoqué la possibilité de replonger si Paris obtenait les Jeux Olympiques de 2024.

Reverra-t-on un jour Florent Manaudou à la conquête d’une médaille d’or sur 50 m nage libre ? L’esprit loin des bassins depuis sa médaille d'argent aux Jeux Olympiques de Rio, le nageur français, présent aux Mondiaux de Budapest en tant que consultant pour France Télévisions, a pour la première fois depuis un an évoqué un possible retour à la compétition.

Dans un entretien à L’Equipe, le champion olympique 2012 du 50 m n’exclut pas de faire son retour dans les bassins. Condition ? Que Paris obtienne l’organisation des Jeux Olympiques 2024. "2020, je ne sais pas. Il n'y a rien qui me motive vraiment à part voir les Japonais organiser les Jeux, ce qui sera toujours mieux que les Brésiliens. Si c'est Paris 2024, c'est sûr que ça me tente plus. Il faudra voir où j'en suis, c'est dans sept ans", a confié Manaudou.

Médaillé d’or sur 50m nage libre à Londres à la surprise générale avant d’enchaîner les titres mondiaux et européens, Florent Manaudou avait échoué à Rio à devenir le premier nageur français à conserver son titre olympique. Ce dernier ne ferme donc pas la porte à un retour en 2024, alors qu’il approchera des 34 ans. Un élément qui ne lui fait pas peur dans la possibilité de glaner une deuxième médaille d’or. "Je sais que si je reviens un jour, je nagerai sans doute plus vite que ce que j'ai déjà fait. (…) Si je reviens, je veux être compétitif."

Les ex​emples Phelps et Ervin

Les exemples récents ne peuvent pas donner tort aux ambitions de Florent Manaudou. On mettra de côté le come-back raté de Mark Spitz. Neuf fois champion olympique aux Jeux de Mexico 68 et de Munich 72, l’Américain n'avait pas été en mesure de réaliser à 41 ans les minima pour les JO de Barcelone 92 malgré la récompense d’un million de dollars promise par le réalisateur Bud Greenspan en cas de qualification du nageur pour l’Olympiade espagnole.

Mais d’autres grands noms de la natation ont montré qu'un retour dans l'eau pouvait se faire avec brio. Michael Phelps, devenu le sportif le plus médaillé des JO après l’Olympiade londonienne, avait choisi de prendre sa retraite avant de revenir sur sa décision un an plus tard. Résultat : cinq médailles d’or supplémentaires à Rio et un statut officieux de meilleur nageur de tous les temps. Sans oublier Anthony Ervin, absent des bassins entre 2002 et 2011 avant de devenir à 35 ans le champion olympique le plus âgé de l’histoire de la natation… devant Florent Manaudou à Rio. "Je me suis fait battre l'année dernière par un mec qui avait 35 ans. (…) Je sais que c'est possible." Même loin des bassins, l'ambition reste intacte.

Mathieu Aellen